Notre librairie

Notre librairie

Les femmes et l’espace public

L’histoire s’est longtemps cantonnée à décrire le rôle des femmes dans la sphère privée. Michelle Perrot en dialoguant ici avec Jean Lebrun, éclaire comment elles ont conquis la citoyenneté politique qu’on leur a longtemps refusée. Dans l’espace politique de la cité, les frontières entre les sexes se recomposent petit à petit. Bien plus que l’espace matériel, c’est la parole et sa circulation qui modèlent la sphère publique. Pourquoi, alors qu’elles ont acquis l’égalité civile, l’instruction, le salariat, rencontrent-elles autant de difficultés pour parvenir aux commandes de la cité ? Revisiter cette difficile conquête permet de mieux comprendre les résistances réelles ou symboliques auxquelles se heurtent les femmes encore aujourd’hui. 130 documents illustrent et enrichissent le propos de l’historienne.

La place des femmes Une difficile conquête de l’espace public, Michelle Perrot, Jean Lebrun, éditions Textuel, mars 2020, 176 p., 39 €.

Une histoire sociale et politique des Champs-Élysées

Les Champs sont un concentré de richesses, de démesure et d’inégalités. Mais aussi un lieu intensément politique, comme une métaphore du monde tel qu’il est et tel qu’il est attaqué, refusé. La “prise” des Champs par les Gilets jaunes, de samedi en samedi, l’a plus que jamais révélé. Ce livre invite à déplacer le regard et à en explorer les coulisses, à contrechamp : la pauvreté et la précarité au cœur de l’opulence, le travail invisible, jusque dans l’intimité des palaces, les arrière-salles et les scandales du Fouquet’s, jusqu’à son pillage. L’historienne, Ludivine Bantigny, en s’appuyant sur des archives foisonnantes et sur de nombreux entretiens propose bien plus qu’une fresque historique (du XVIè siècle à aujourd’hui) de l’avenue mythique. Elle nous en livre ici une étude sociale et une réflexion éminemment politique.

La plus belle avenue du monde, Ludivine Bantigny, éditions La découverte, mars 2020, 288 p., 21 €.

Moi, Silvio de Clabecq, militant ouvrier

Délégué syndical en charge des questions d’hygiène et de sécurité, Silvio témoigne de trente ans de luttes pour améliorer les conditions de travail et pour empêcher la fermeture des Forges de Clabecq, site sidérurgique situé à 70 km de Bruxelles. Son mandat syndical, Silvio le voit comme un moyen de faire vivre l’“esprit de Clabecq”. Pour mener leurs combats, c’est sur leurs propres forces que les ouvriers de Clabecq s’appuient. Par sa confiance jamais démentie dans le potentiel émancipateur de sa classe, Silvio donne une leçon salvatrice d’optimisme militant. 23 ans après la fermeture du site en 1997, la justice vient de balayer les arguments qui défendaient les intérêts des ex-travailleur·euses réclamant le versement du solde de leurs indemnités, au profit de l’État belge désireux de toucher le remboursement d’aides versées à l’époque. Un témoignage de cette lutte, que les anciens des forges mènent maintenant sur le plan juridique.

Moi, Silvio de Clabecq, militant ouvrier, Silvio Marra et Françoise Thirionet, éditions Agone, février 2020, 160 p., 12 €.

Imbrication

L’ouvrage présente l’histoire de luttes guerrillères (Salvador), indiennes-paysannes (mouvement zapatiste au Mexique) ou noires (Brésil, République Dominicaine, USA), ainsi que les mouvements de femmes, féministes et lesbiens du continent. Il décortique la complexité des identités, des loyautés et des intérêts de chacun·e dans les mouvements sociaux : peut-on se battre comme femme sans trahir sa culture ? Comment s’organiser simultanément en tant que Noir·e et prolétaire ? Doit-on vraiment dénoncer à la fois le racisme, le capitalisme et le patriarcat ? L’autrice, par l’étude des mouvements de femmes des Amériques et des Caraïbes éclaire le concept de l’intersectionnalité. Partant du quotidien des mouvements pour parvenir à une véritable “science des opprimé·es”, ce livre s’adresse aussi bien au public curieux qu’aux activistes et au monde de la recherche.

Imbrication Femmes, race et classe dans les mouvements sociaux, Jules Falquet, éditions du Croquant, février 2020, 304 p., 15 €.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *