Un mois dans le monde – Juin 2020

Un mois dans le monde – Juin 2020

Sanofi

Le directeur général du groupe a affirmé que, si un vaccin contre le COVID 19 était trouvé, Sanofi “servirait” en premier les États-Unis. Les autorités françaises “se sont émues” et ont fait appel au patriotisme de Sanofi, censé être une entreprise française. Les dirigeant·es de Sanofi restent sur leurs positions et exhortent les Européen·nes à “travailler aussi rapidement que les Américain·nes” (comprendre “à leur donner autant d’argent”). Ces requins vont-ils palper des milliards sur la pandémie et la faillite du système sanitaire ? C’est clairement la logique à l’œuvre sauf si nous ébranlons enfin la mécanique capitaliste.

Turquie

Il/elle s’appelaient Ibrahim Gökçek (musicien, 40 ans) et Helin Bölek (28 ans, chanteuse). Ces artistes d’un groupe très connu avaient été condamné.es pour “terrorisme”, plus exactement soupçonné·es d’être sympathisant·es d’un groupe marxiste-léniniste. Il/elle sont mort·es à la suite de grèves de la faim de plusieurs mois. Comme Bobby Sands et ses compagnons autrefois. Des dizaines de milliers de prisonniers politiques croupissent dans les prisons turques et celles-ci ont la sinistre réputation d’être des mouroirs.

Égypte

La pandémie n’a pas affaibli la dictature du Maréchal Sissi. Parmi les milliers de prisonniers politiques, un Palestinien, Ramy Shaat, est un des animateurs du BDS (boycott, désinvestissement, sanctions). Il avait critiqué le “deal du siècle” de Trump. Il est donc accusé de terrorisme. Sa femme, française, a été expulsée d’Égypte. Elle a demandé à Macron d’intervenir. Sans réponse bien sûr.

Libye

Les soudards ravagent le pays par Libyens interposés et le pétrole les intéresse. Dans le camp du Maréchal Haftar, on trouve bizarrement l’Égypte de Sissi et l’Arabie Saoudite de MBS, mais aussi Assad et Poutine, allez comprendre. Dans le camp du “gouvernement de Tripoli”, il y a essentiellement la Turquie d’Erdogan. L’envoi de troupes turques et d’armes anti-aériennes a contré efficacement l’offensive d’Haftar dont les troupes ont sérieusement reculé.

Syrie

Toutes les dictatures ont connu des révolutions de palais et des éliminations de compagnons soudain devenus indésirables. Rami Makhlouf était un pilier du régime, cousin d’Assad. Ses amitiés lui avaient permis de contrôler plus de la moitié des activités économiques du pays et bien sûr la téléphonie. On le considérait comme le financier du régime et surtout de ses “basses œuvres”. Il vient de tomber en disgrâce et s’est mis à faire des révélations pour ne pas disparaître prématurément.

Israël/Palestine

Il n’y a pas grand-chose à attendre du procès pour corruption contre Nétanyahou qui a connu un bref début pour être repoussé de plusieurs mois. Celui-ci, avec son nouveau compère Ganz, bénéficie d’une large majorité parlementaire. Israël s’apprête à franchir un pas symbolique très important, permis par le “deal du siècle” de Trump : l’annexion officialisée d’une large partie de la Cisjordanie. Cette annexion est totalement dans la logique de l’histoire du sionisme : des faits accomplis qu’on “légalise” à terme. Dans la réalité, toute la “zone C”, qui couvre 62 %de la Cisjordanie et qui concentre la grande majorité des colonies, était déjà annexée de fait. Les dirigeants israéliens constatent que les annexions du Sahara Occidental par le Maroc ou de la Crimée par la Russie n’ont pas été sérieusement contestées. Ils savent que l’Union Européenne qui est leur principal partenaire financier et qui prétend défendre la “solution à deux États”, ne les sanctionnera pas et fermera les yeux. L’apartheid va être légalisé. Les 50 % de population (palestinienne) vivant entre Méditerranée et Jourdain deviendront étranger·es dans leur propre pays et soumis à l’arbitraire le plus total de la “seule démocratie du Proche-Orient”.

Les médias ont passé sous silence la déclaration d’Abbas affirmant qu’il ne reconnaissait plus aucun accord passé avec Israël, à commencer par les accords d’Oslo et que le représentant unique du peuple palestinien n’était plus l’Autorité Palestinienne mais l’OLP. Trop tard sans doute, cette déclaration n’a pas empêché le camp arabe pro-Trump de pousser les Palestinien·nes à la capitulation. Et il n’est pas avéré que la “coopération sécuritaire” signée à Oslo ait réellement cessé.

Alors tout est foutu ? Non, la réalité, de moins en moins masquée, c’est une lutte anti-apartheid sur un espace unique, et un peuple palestinien qui continue de vivre et, comme ils/elles le disent, “vivre c’est résister”. À nous d’empêcher qu’ils/elles ne deviennent les Amérindien·nes du Proche-Orient.

Algérie

Malgré la pandémie, malgré l’écroulement du prix du pétrole qui a considérablement affaibli le pays, la répression, le “Hirak” (le mouvement de protestation qui a démarré en février 2019) continue. L’universitaire Abdelouahab Fersaoui, président du Rassemblement Action Jeunesse a été condamné à un an de prison pour ses publications sur Facebook considérées comme étant une “atteinte à l’intégrité du territoire national”. Le clan qui a remplacé Bouteflika et a installé sa marionnette à la présidence s’accroche au pouvoir.

Hong Kong

Les manifestations ont repris et les masques protègent désormais davantage des lacrymogènes que de la propagation du virus. Les manifestant·es exigent l’abrogation de la “loi sur la sécurité”. Cette loi qui cible essentiellement Hong Kong interdit les rassemblements de plus de huit personnes. “On nous a promis un pays et deux systèmes, mais depuis la loi d’extradition, le gouvernement nous pousse à bout”.

Brésil

“Grippette”, “hystérie”, les déclarations de Bolsonaro, alors que les mort·es se comptent par milliers au Brésil, surtout parmi les pauvres, ébranlent même son propre camp. Moins d’un mois après le limogeage de son prédécesseur, le nouveau ministre de la santé, Nelson Teich, a démissionné.

Chili

En pleine pandémie, les précaires du Chili sont abandonné·es et sont les premières victimes de la baisse de l’activité économique. Le 18 mai, des émeutes ont éclaté près de Santiago contre les pénuries alimentaires. La police, en bonne héritière du régime de Pinochet a été égale à elle-même, gaz lacrymogènes, canons à eau, matraques, arrestations.

Pierre Stambul

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *