Un mois dans le monde – octobre 2020

Un mois dans le monde – octobre 2020

CPI
Les instances internationales reflètent en général la loi du plus fort. La justice internationale a souvent été celle du vainqueur, on l’a vu pour l’ex-Yougoslavie ou la Côte d’Ivoire. La Procureure Générale de la Cour Pénale Internationale, la Gambienne Fatou Bensouda, a très longtemps fermé les yeux sur les crimes commis par les “grands de ce monde”. Et puis elle s’est rebiffée en annonçant que la CPI allait enquêter sur les massacres commis par l’armée israélienne à Gaza ou par l’armée états-unienne en Afghanistan.
Réaction de Trump : Fatou Bensouda et d’autres dirigeant•es de la CPI sont inscrit•es sur la liste noire, leurs avoirs sont gelés dans les banques états-uniennes, leurs déplacements limités. Trump ne dissimule même plus ses méthodes de gangster.

Arabie Saoudite
Inhumain, le roi MBS ? Les peines de mort des assassins de Jamal Khashoggi ont été cassées. Pourtant leurs qualités dans le dépeçage et la dissolution à l’acide des corps ne sont pas niées. MBS a sûrement besoin d’hommes de main expérimentés pour ses prochaines exactions. Aux dernières nouvelles, la prochaine réunion du G20 est toujours programmée à Riyad les 21 et 22 novembre.

Turquie-Iran
Ebru Timtik, avocate turque âgée de 42 ans, est morte après 238 jours de grève de la faim. Elle avait été condamnée à 13 ans de prison et réclamait un procès équitable.
En Iran, une autre avocate, Nasrin Sotoudeh, a commencé une grève de la faim début août. La cause de sa lourde condamnation ? Avoir défendu les jeunes femmes qui ont retiré leur voile en 2018.

Lesbos
Moria, île de Lesbos, entrée de l’Union Européenne. Il y avait 12 700 personnes venu•es de tous les pays du Tiers Monde qui croupissaient dans ce qu’il faut bien appeler un camp de concentration quand il a été totalement détruit par un incendie le 11 septembre. Réaction du gouvernement grec ? Envoyer l’armée : ces pauvres qui dorment dehors sont capables d’essayer de se procurer de la nourriture. Réaction de l’Union Européenne ? Durcir encore un peu plus les textes pour pouvoir “renvoyer chez eux” (c’est joliment dit, n’est-ce pas ?) ces indésirables. D’ailleurs à Calais, Darmanin interdit qu’on les nourrisse, ce que, courageusement, des associations continuent de faire. Réaction des médias ? Donner un peu plus la parole aux racistes de tout poil qui vont en rajouter sur “la question migratoire” au lieu de parler de la destruction des droits humains, porte d’entrée à la fascisation des sociétés.

Biélorussie
Une dictature policière qui bourre les urnes, matraque les manifestant•es, envoie l’armée contre les grévistes et contrôle les médias, c’est bien sûr intolérable et nous sommes totalement solidaires du peuple biélorusse qui se révolte. L’Union Européenne va prendre des sanctions. Curieusement, elle n’en prend pas contre les régimes de la Françafrique, l’Égypte, l’Arabie Saoudite, Israël, le Brésil, l’Inde…

Normalisation
Avant des élections états-unienne dont le résultat est encore incertain, la diplomatie de Trump essaie de réaliser le fait accompli au Proche-Orient coûte que coûte. Elle a annoncé que la Serbie et le Kosovo allaient installer leur ambassade à Jérusalem. Ce serait pour les dirigeants israéliens un gros succès, d’autant que le Kosovo a une population à majorité musulmane. Pour l’instant, rien n’est définitif, la Serbie ne voulant pas qu’Israël reconnaisse le Kosovo.
Après les Émirats, une autre dictature féodale a reconnu Israël : Bahreïn. On comprend bien qu’on s’approche d’un accord officiel entre Israël et l’Arabie Saoudite, les deux compères à qui l’impérialisme a confié la tâche de contrôler le Proche-Orient.
Pendant ces manoeuvres diplomatiques la répression continue : contre les Bédouins du Néguev, contre l’avocat franco-palestinien Salah Hamouri menacé d’expulsion. Le confinement en Israël n’empêche pas les manifestant.es d’exiger le départ de Nétanyahou, mais sans référence à la Palestine. Dans la bande de Gaza régulièrement bombardée, l’épidémie s’est déclarée alors que le système sanitaire est démuni. Deux millions de personnes survivent sans eau, sans électricité et bouclées chez elles.
Arte a passé à une heure très tardive le film Made in France, au service de la guerre. Les missiles qui ont tué plus de 2000 personnes à Gaza en 2014, en particulier trois enfants qui nourrissaient des oiseaux sur une terrasse, sont guidés avec de la technologie française, celle d’Exxelia qui se définit comme un “fabricant de composants passifs et de sous-systèmes de haute fiabilité”. Depuis 2018, des avocats essaient d’obtenir un procès contre ces marchands de mort.

Zoos humains
Pendant plus d’un siècle, les puissances colonisatrices ont exhibé des “échantillons” humains arrachés à leurs terres. “Vénus hottentote”, expositions coloniales, albinos, Kanaks, Pygmées ont été présentés dans de véritables zoos (voire dans des cirques comme Barnum) à une époque où “l’œuvre civilisatrice” de la colonisation n’était pas discutée et où la grande majorité des anthropologues croyaient à la hiérarchie des races. N’oublions jamais.

Portland
Dans cette ville de la côte Ouest, deux Amériques s’affrontent. D’un côté, les antiracistes sont assez fort•es pour que, depuis l’assassinat de Georges Floyd, des manifestations quotidiennes se déroulent. De l’autre, les fascistes de tout poil et la police multiplient les provocations. Trump a fait de Portland un des thèmes de sa campagne : la loi et l’ordre ou l’anarchie. Vive l’anarchie !

Italie
Il y a un an, en rompant son alliance avec les “5 étoiles”, Salvini était sûr d’arriver très vite au pouvoir. Cette perspective s’éloigne. Les élections dans sept régions ne donnent pas de résultat clair : quatre régions à droite et trois pour le parti démocrate. Mais dans la coalition de droite, la Ligue recule au profit de ses alliés.

COVID
La perspective qu’un autre monde émerge de la pandémie s’éloigne. Les gestions autoritaires et très souvent absurdes se multiplient. Les patrons en profitent pour licencier et la marchandisation du vivant est plus que jamais d’actualité : les laboratoires se battent, non pas pour notre santé mais pour tirer d’énormes bénéfices d’un hypothétique vaccin.

Pierre Stambul

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *