Un mois dans le monde

vendredi 18 avril 2014

Crimée

La Crimée n’est ni russe, ni ukrainienne. Pendant des siècles, la population y était turque, tatare, grecque, karaïte...

Quand l’URSS a éclaté, il y a plus de 20 ans, environ 30 millions de Russes se sont retrouvéEs hors de Russie et 30 millions de non-Russes en Russie. Le pouvoir néo-impérial d’Eltsine puis de Poutine a traité cela à sa façon. Exacerbation du racisme contre les Caucasiens et les populations originaires d’Asie Centrale. Interventions militaires au Daghestan et en Tchétchénie où l’armée russe a perpétré un véritable génocide. Plus personne en Occident ne proteste contre l’occupation de la Transnistrie (officiellement moldave) ou celles de l’Ossétie du Sud et de l’Abkhazie (officiellement géorgiennes). Poutine espère que le même statu quo en Crimée finira par être accepté.

De tous les pays issus de l’URSS, les deux républiques slaves (Biélorussie et Ukraine) ont une histoire très liée à la Russie (au point que leurs noms veulent dire en russe respectivement Russie blanche et Frontière) et la majorité de la population y est russophone. Pour Poutine, leur véritable indépendance est inacceptable et il a les moyens de provoquer une dislocation de l’Ukraine.

Au milieu de ces grandes manœuvres, le peuple ukrainien est bien ignoré. Le pays va tomber sous le joug du FMI qui va y appliquer les recettes qui ont ruiné tant de pays. La moitié des oligarques soutient le régime issu de Maïdan et l’autre moitié est avec Poutine. L’oligarque pro-européen Porochenko est favori de la prochaine présidentielle tandis qu’à Donetsk, le milliardaire Akhmetov qui a fait sa fortune dans le football et les mines clandestines de charbon soutient Poutine.


Égypte

529 personnes qualifiées de « Frères Musulmans » ont été condamnées à mort. Ce n’est qu’un début. La nouvelle constitution interdit de fait le droit de manifester et de faire grève. La « Justice » et les médias sont totalement inféodés au nouveau régime. Sans surprise, le maréchal Sissi « quitte » l’armée pour se présenter à une « élection » présidentielle sur mesure. Ce retour à la dictature provoque des protestations tardives des forces révolutionnaires qui sont pourchassées à leur tour. Cette même dictature renforce le blocus de Gaza. Elle a bloqué la marche des femmes le 8 mars. Seuls les pèlerins pour la Mecque ont été autorisés à sortir. Gazaouis et internationaux sont en cage..


Qatar

Vu de chez nous, tous les régimes féodaux et esclavagistes du Golfe se valent. Ils appartiennent au même camp proaméricain et anti-iranien.C’est sur la question de l’Égypte que cet ensemble a éclaté. Le Qatar soutient les Frères Musulmans alors que l’Arabie Saoudite et les autres monarchies soutiennent l’armée égyptienne et ne supportent plus la chaîne Al Jazeera. Du coup, les Saoudiens et leurs alliés ont rappelé leurs ambassadeurs au Qatar.


Fukushima

Deux ans déjà. Il n’y a pas que la radioactivité qui s’insinue partout. La mafia aussi. Un puissant « yakuza », Yoshinori Arai a recruté des milliers de précaires et de sans abri envoyés avec une « protection » sommaire ramasser une terre et une eau radioactives dont on ne sait que faire. La compagnie Tepco est en train de demander le droit de tout rejeter dans l’océan.


Venezuela

La droite n’a jamais admis le « chavisme » et elle renouvelle une stratégie déjà plusieurs fois utilisée (et mise en échec) de coup d’État. Cette droite possède une bonne partie de l’économie et des médias. Hors de la propagande pro impérialiste qui ne voit les atteintes à la démocratie que dans les pays qui ne sont pas dans le camp américain, lisons plutôt l’article paru dans le mensuel CQFD. Le dernier mouvement a commencé après le viol d’une étudiante. La manifestation de solidarité a été vivement réprimée par la police et la droite en a profité. Il y a un échec du régime. La rente pétrolière a certes été utilisée pour réduire la pauvreté (On est passé depuis le début du « chavisme » de’ 48% à 28% de pauvres), mais les réformes sociales fondamentales n’ont pas été faites. Le Venezuela a d’énormes problèmes structurels : éducation, santé, insécurité, surinflation. Deux bourgeoisies, l’une libérale et l’autre bureaucratique se battent pour le contrôle de la rente pétrolière mais sans attaquer frontalement la question sociale, le président Maduro aura beaucoup de mal à se maintenir.


Espagne

Plus d’un quart de la population est au chômage. Des marches de la dignité organisées par des associations citoyennes ont fait converger des centaines de milliers de manifestantEs à Madrid contre l’austérité. Quelques jours plus tard, les enseignantEs espagnolEs se sont misES en grève contre la suppression annoncée de 100000 postes de remplaçantEs. Malgré l’absence d’alternative politique à ce gouvernement post-franquiste, la société civile ne renonce pas.



Israël/Palestine

« Le processus de paix, c’est la guerre ». Cette phrase de notre ami Éric Hazan exprime bien la situation. 56 PalestinienNEs ont été tuéEs depuis l’annonce de ce pseudo processus.

Kerry fait pression pour que Mahmoud Abbas reconnaisse Israël comme État juif mais il est incapable de présenter la moindre concession en échange. Du coup Mahmoud Abbas « résiste ». Il sait que signer serait inacceptable pour son peuple.

Au contraire, Israël vient d’inventer une distinction entre Chrétiens et Musulmans pour casser le consensus dans le camp palestinien. De nouvelles constructions sont annoncées dans les colonies. Les libérations de prisonniers palestiniens promises n’auront pas lieu et Lieberman étudie officiellement un « plan de transfert » de tous les Musulmans vivant en Israël.

En Israël, des dizaines de milliers d’ultra orthodoxes ont manifesté contre l’obligation de faire le service militaire. Certains de ces religieux renouent avec une tradition non sioniste, hostile à l’État d’Israël. Des dizaines de « shministim » (lycéens de terminale) ont annoncé publiquement leur refus de faire le service militaire tant que durera l’occupation. En Israël, un mouvement de boycott des produits des colonies s’amplifie, mais il est bien difficile de faire la distinction entre ces produits et les autres.

Amnesty International dénonce (enfin) « la force excessive » utilisée par l’armée israélienne contre les civils. Le rapporteur spécial de l’ONU, Richard Falk, accuse la banque Dexia et la France de soutenir de fait les colonies et leur financement. Cela n’a pas empêché Hollande et son gouvernement d’aller au repas du CRIF, accueilliEs par Goldnadel, l’avocat de Buisson.

Seule issue : renforcer partout le boycott (BDS). Les 3000 étudiantes de l’université de Galway (Irlande) ont voté sur ce boycott. 2000 d’entre eux/elles se sont prononcéEs pour.


Pierre Stambul


_


Brèves

7 juillet - RELAXE POUR ELIE DOMOTA !

Message de soutien d’Émancipation à Élie Domota
Le syndicaliste guadeloupéen Élie Domota, (...)

14 février - Réunion publique - Jeudi 23 février à 19h - Alep : un tournant ?

Résistances populaires en Syrie et manœuvres internationales
Réunion publique avec :
Ziad (...)