Brèves féministes (janvier 2015)

samedi 24 janvier 2015
par  Rosine

Parce que c’est aussi une forme de haine…

Égalité hommes-femmes ?

L’égalité professionnelle hommes-femmes est un des thèmes centraux de la politique du gouvernement et des discussions entre les “partenaires sociaux”. Pour Najat Vallaud-Belkacem, “des droits spécifiques ont été accordés aux femmes” ; pour obtenir l’égalité, il suffirait maintenant d’“agir sur les mentalités”. Ainsi, grâce à la loi sur l’égalité hommes-femmes, le congé parental a-t-il été réduit de 36 à 30 mois, puis à 24 mois pour les mères de deux enfants. Économies attendues : 70 millions en 2017. Et nombre de femmes seront condamnées à quitter leur emploi, car il n’est nullement question d’accroître significativement le nombre de places en crèche (seuls 10 % des enfants peuvent y être accueillis) et encore moins d’augmenter le salaire des femmes.

C’est encore au nom de “l’égalité hommes-femmes” que le nouveau Code du travail précise que les femmes peuvent porter la même charge que les hommes ! La même la loi fait disparaître toute limite de poids pour la manutention pour les femmes et pour les hommes… Jusqu’en 2007, cette limite était de 25 kg pour les femmes.

Les seuils sont dorénavant appréhendés “selon l’environnement”. Le patron jugera donc “à la carte”, selon l’ambiance (la cadence, la durée d’exposition… la “tête”). Tel patron pourra demander à une “solide” femme de porter plus de 25 kg et ne pas reconduire le contrat d’une salariée trop “fragile”.

Laurence Parisot avait initié la liquidation des acquis des salariés (femmes et hommes) au nom de “l’égalité hommes-femmes” ; Najat Vallaud Belkacem poursuit sur la même lancée.

Hélène Bertrand

“Ils soutiennent la mère attaquée par les anti-théorie du genre”

Tel était le titre du journal Le parisien le 9 décembre 2014, au lendemain d’une audience au Tribunal de Créteil qui a décidé la mise en examen pour diffamation de Stéphanie Michel, présidente de la FCPE de l’école Paul Langevin de Fontenay-sous-Bois, dans le Val-de-Marne.

Les faits : à la rentrée 2013 deux personnes ont demandé à se présenter sur les listes FCPE pour les élections de parents d’élèves au conseil d’école. Elles ont été élues, et très rapidement ont fait compagne contre la mise en œuvre de l’ABCD de l’égalité et ont milité pour les Journées de retrait de l’école.

La présidente et les parents FCPE se sont élevéEs contre cette attitude contraire aux valeurs de la FCPE et contre un prosélytisme très agressif. Une procédure d’exclusion de ces parents a été conduite par la FCPE du Val-de-Marne, à l’issue de laquelle les deux personnes exclues ont porté plainte pour diffamation !!!

Cette situation n’est pas anecdotique car elle traduit la volonté du mouvement La Manif pour tous d’infiltrer des associations : une des plaignantes est animatrice nationale de la structure “IVG, Rompre le Silence” et de “Germinal” , un site qui met en ligne des textes où, entre autres, le Planning familial est assimilé à une officine nazie... On voit l’intérêt d’exercer une vigilance par rapport à de tels sites.

C’est notre conception de l’égalité et de la laïcité qui est remise en cause. C’est cette conception que nous défendons avec Stéphanie Michel, et le comité de soutien qui s’est constitué. À suivre...

Catherine Vinay-Léger

Contact : soutien.smichel.fontenay@gmail.com et pétition à signer :

[http://www.petitions24.netstop_aux_poursuites_judiciaires_contre_stephanie_michel_elue_fcpe-]