Un mois dans le monde

dimanche 8 février 2015
par  Catherine

Grèce

Dans son histoire, la Grèce a souvent été un laboratoire. En 1945, un laboratoire de Churchill qui a libéré tous les collabos pour écraser la résistance. En 1967, un laboratoire de la CIA qui a soutenu un coup d’État militaire fasciste. Et dans les années 2000-2010, un laboratoire de tous les maîtres du monde : FMI, Banque Mondiale, Union Européenne, troïka qui ont expérimenté jusqu’où on peut détruire une société pour garantir les profits capitalistes. Le résultat des élections grecques est avant tout un geste de dignité. C’est un pied de nez à la bourgeoisie grecque dont les dynasties (Caramanlis, Vénizelos, Papandréou…) se sont toujours vendues au plus offrant. Cette fois-ci, les néo-nazis (Aube dorée qui a a commis de nombreux assassinats) ont peu profité de la colère.
C’est maintenant que tout commence. Le parti Syriza va devoir entamer la rupture avec l’ordre européen, faute de quoi il disparaîtra dans les mêmes poubelles de l’histoire que ses prédécesseurs. Il aura besoin d’une immense mobilisation populaire. Il va devoir tenir des promesses difficiles (salaire minimum, emploi public, droit des immigrés). Il va devoir s’attaquer aux forces réactionnaires (armateurs, Église orthodoxe). Il va devoir refuser de payer la dette que des usuriers indécents exigent. Il dispose d’atouts : sa légitimité, l’existence d’un secteur économique auto-organisé qui a su secourir la population face à la casse sociale. On a touTEs pleuré d’émotion en entendant le peuple grec chanter “Bella Ciao” le soir de la victoire. Ils auront besoin de notre soutien.

Pegida

En Allemagne depuis 1945, il est (heureusement) interdit de s’en prendre aux Juifs. Mais il est de bon aloi de dénoncer “l’islamisation de l’Allemagne” sur un ton voisin de ceux qui parlaient des “judéo- bolchéviques” détruisant les fondements de l’Allemagne. Depuis des semaines, Pegida multipliait les manifestations massives contre les “musulmans” en des termes proches de ceux du norvégien Breivik. L’inconscient du dirigeant de Pegida, Lutz Bachman, a prouvé que les Nazis avaient tort de ne pas croire en la psychanalyse. Il avait laissé sur sa page facebook une photo de lui avec une moustache hitlérienne. Il a dû démissionner.

Israël/Palestine

La campagne électorale israélienne se fait à l’étranger.
Trois authentiques criminels de guerre, Nétanyahou, Lieberman et Bennet ont défilé à Paris, à la tête de la manifestation parisienne censée dénoncer le terrorisme. Nétanyahou a appelé (avec la complicité du gouvernement français) les Juifs français à faire leur “alyah” (“montée vers Israël”), pays où, paraît-il, les Juifs sont en “sécurité” alors qu’en France il y aurait un antisémitisme galopant. Bref, Nétanyahou fait des Juifs français des étrangers dans leur propre pays. Après “l’alyah” des vivants, voici celle des morts. Les victimes de l’attentat antisémite de la porte de Vincennes ont été enterrées à Jérusalem au cimetière de Givat Shaul. Des rabbins sionistes ont expliqué que l’enterrement en Israël était une “tradition juive”, ce qui est une contre-vérité flagrante. Les Juifs français ont toujours été enterrés en France et il y a des carrés juifs dans tous les cimetières. Pour mémoire, Givat Shaul, c’était autrefois Deir Yassine, le village martyr de 1948 où toute la population palestinienne a été massacrée par les hommes de Begin.
Après la France, Nétanyahou s’est invité aux États-Unis et il parlera devant le congrès. Sera-t-il un jour jugé pour ses crimes ? Mahmoud Abbas a enfin signé l’adhésion de la Palestine à la Cour Pénale Internationale mais le chemin semble encore bien long.
Et faute de sanctions, la Palestine continue de subir occupation et répression : l’astrophysicien Imad al-Barghouti a été emprisonné pendant plus d’un mois sans raison. Puis libéré. Dans le Néguev, une manifestation des Bédouins (qui sont pourtant citoyens israéliens) a été fortement réprimée. Il y a eu deux morts.
En pleine campagne électorale, l’ancien président de la Knesset Abraham Burg a confirmé sa rupture avec le sionisme en adhérent au Hadash, Front démocratique dans lequel il y a le Parti communiste.

Kurdistan

Il y a un an, le 9 janvier 2014, trois dirigeantes kurdes étaient assassinées à Paris. On connaît l’assassin, un agent infiltré et on connaît les instigateurs, des membres des services secrets turcs. Mais voilà, la Turquie est un “allié dans la lutte contre le terrorisme”. Résultat, les instigateurs ne sont pas inquiétés.
Au Kurdistan, après des semaines de combat, le siège de Kobané a pris fin. La presse occidentale vante les frappes américaines. En fait, ce sont les combattants du PKK et de l’Armée Syrienne Libre (coalition bien fragile) qui ont obtenu ce succès. Si Daesh continue de contrôler des zones immenses et des grandes villes (Rakka en Syrie, Mossoul en Irak), c’est bien parce que les populations locales n’ont jamais reçu d’aide pour s’opposer à eux.

Égypte

L’ordre règne au Caire. Moubarak et sa famille vont sortir de leur prison (c’était une des exigences de l’Arabie Saoudite pour soutenir le coup d’État militaire contre les Frères musulmans). Et les libertés fondamentales (grèves, manifestations, élections libres…) ne sont plus qu’un lointain souvenir.
À Rafah, à la frontière de Gaza, des milliers d’habitants sont évacués et leurs maisons dynamitées. Ils sont indemnisés de façon ridicule. Officiellement toute la zone frontière est évacuée “pour des raisons de sécurité” à cause du “terrorisme”. En fait, l’Égypte instaure le pire blocus que Gaza n’ait jamais connu. L’entrée et la sortie deviennent particulièrement difficiles pour les Gazaouis et impossibles pour les internationaux.
Le “terrorisme” dans le Sinaï laisse dubitatif. L’armée égyptienne a toujours laissé faire les groupes mafieux qui enlèvent et torturent les travailleurs immigrés d’Afrique de l’Est qui tentent de passer en Israël.

Arabie Saoudite

Le roi qui était un vieillard malade est mort, aussitôt remplacé par son demi-frère, à peine moins vieux. En fait le système ne change pas. On pourrait le qualifier de féodal, ultracapitaliste, patriarcal et esclavagiste. Les délires antimusulmans qui déferlent en Occident ne s’attaquent jamais à ce “partenaire” qui a inventé Ben Laden et ressuscité le salafisme. Le modèle économique est ce qu’on trouve de plus “accompli” dans le capitalisme : des millions de travailleurs immigrés étrangers venus principalement du sous-continent indien ou d’Asie du sud-est travaillant dans des conditions proches de l’esclavage assurant l’opulence des féodaux. Et si, malgré cette opulence, il y a de la contestation, alors la répression est féroce. Les condamnations à mort sont fréquentes dans ce pays. Ou les pratiques d’un autre âge. Le blogueur Raef Badaoui a été condamné à 10 ans de prison et 1000 coups de fouet pour “insulte à l’islam”.

Pierre Stambul

L’Émancipation syndicale et pédagogique –2/02/2015 – page 23


Brèves

7 juillet - RELAXE POUR ELIE DOMOTA !

Message de soutien d’Émancipation à Élie Domota
Le syndicaliste guadeloupéen Élie Domota, (...)

14 février - Réunion publique - Jeudi 23 février à 19h - Alep : un tournant ?

Résistances populaires en Syrie et manœuvres internationales
Réunion publique avec :
Ziad (...)