Liberté pour Raif Badawi !

vendredi 20 février 2015
par  Catherine

Le vendredi 9 janvier 2015, le blogueur saoudien Raif Badawi recevait 50 coups de fouet, en public, devant la mosquée d’Al Jafali à Djedda. Son crime ? La création d’un blog, “Libérez les libéraux saoudiens” et le fait d’avoir, soi-disant, “insulté l’islam”. 950 autres coups de fouets devraient suivre. Cette sentence de 1000 coups de fouets, délivrée en mai 2014 (il est détenu depuis mai 2012), s’accompagne de 10 ans de prison, de l’interdiction de voyager pendant 10 ans à l’issue de sa peine, de l’interdiction d’utiliser les médias et d’une amende d’un million de riyals saoudiens (environ 226 000 euros).
Le dimanche 11 janvier 2015, Nizar al-Madani ministre d’État aux Affaires étrangères de l’Arabie Saoudite, défilait dans les rues de Paris. Sa cause ? La défense de la “liberté d’expression” et/ou la “lutte contre le terrorisme”... Dans les deux cas l’hypocrisie est totale. Hypocrisie de la monarchie saoudienne. Mais hypocrisie également du gouvernement français.
L’Arabie Saoudite est l’un des plus gros clients de la France en terme d’armement, et on s’imagine mal le président Hollande s’adresser au feu roi Abdallah (décédé fin janvier) ou à son successeur (son frère) pour défendre la laïcité dans les termes utilisés par Raif Badawi :
“Les États qui sont basés sur la religion enferment leur peuple dans le cercle de la foi et de la crainte. […] La laïcité respecte tout le monde et n’offense personne. La laïcité […] est la solution pratique pour sortir des pays (y compris le nôtre) du tiers monde et les propulser dans le monde moderne. […] Aucune religion n’a le moindre lien avec le progrès civique de l’humanité. Ce n’est pas un défaut des religions en elles-mêmes, c’est plutôt dû au fait que les religions constituent toutes une relation spirituelle particulière, précise, entre l’individu et le Créateur. […] Cependant le droit positif est un besoin humain et social irrécusable parce que la régulation de la circulation, le droit du travail et les codes régissant l’administration de l’État peuvent difficilement découler de la religion”.
À propos de la demande faite par des musulmans de New-York de construire une mosquée et un centre communautaire sur le site du World Trade Center (où 3000 personnes périrent le 11 septembre 2011 lors de l’attentat mené par al-Qaida), il explique : “Ce qui augmente ma douleur est cette arrogance [islamiste] chauvine qui prétend que le sang innocent, versé par des esprits brutaux et barbares sous le slogan « Allahu Akbar », ne signifie rien par rapport à l’acte de construire une mosquée islamique dont la mission sera de […] répandre de nouveaux terroristes. [...] Mettons-nous à la place des citoyens américains. Accepterions-nous qu’un chrétien ou juif nous agresse dans notre propre maison, puis qu’il construise une église ou une synagogue dans la zone même de l’attaque ? J’en doute.”
Le blogueur ne remet pas en cause le capitalisme : libéral, il est critique par rapport à la religion. Il l’est également, avec ces mots, sur le système économique d’Arabie Saoudite : “Pour moi, le libéralisme signifie simplement, vivre et laisser vivre. C’est un slogan magnifique. Toutefois, la nature du libéralisme – notamment la version d’Arabie Saoudite –doit être clarifiée.”
À la mort du roi Abdallah (le 23 janvier), Hollande a salué la mémoire du roi, “un homme d’État dont l’action a profondément marqué l’histoire de son pays et dont la vision d’une paix juste et durable au Moyen-Orient reste plus que jamais d’actualité” (communiqué de l’Élysée).
La “paix” grâce au diktat de la religion, la “paix” grâce à la flagellation, la “paix” grâce à l’oppression.
Les persécutions contre Raif Badawi (et également contre son avocat) rappellent que les régimes théocratiques, quelle que soit la religion, et tous les régimes politiques appuyés sur une religion sont une menace mortelle contre toute forme de liberté d’expression. Ces religions financées par les couches dominantes au pouvoir servent à maintenir l’ordre social.
Le combat de Raif Badawi pour la laïcité, c’est-à-dire pour la séparation des institutions religieuses et de l’État, est un combat qui mérite d’être soutenu dans tous les pays.
Liberté pour Raif Badawi !

Laure Jinquot

L’Émancipation syndicale et pédagogique –2/02/2015 – page 28


Brèves

8 décembre - Réunion publique - jeudi 14 décembre à 19h - Après les récentes défaites de Daesh, où va la Syrie ?

Réunion publique avec :
Joseph Daher, militant syrien originaire d’Alep
Sakher Achawi, (...)

7 juillet - RELAXE POUR ELIE DOMOTA !

Message de soutien d’Émancipation à Élie Domota
Le syndicaliste guadeloupéen Élie Domota, (...)

14 février - Réunion publique - Jeudi 23 février à 19h - Alep : un tournant ?

Résistances populaires en Syrie et manœuvres internationales
Réunion publique avec :
Ziad (...)