Enquête sur ceux qui prospèrent sur les ruines...

samedi 28 février 2015
par  Catherine

Enquête sur ceux qui prospèrent sur les ruines de l’économie française

En France, depuis le début de la crise de 2008, plus de 300 000 entreprises on

t déposé le bilan, bouleversant la vie d’un million de salariéEs. Mais le malheur des unEs fait les affaires d’une poignée d’autres. Les entreprises en difficulté attirent une faune hétéroclite, où se croisent fonds d’investissement, cabinets d’experts, managers de crise ou mandataires judiciaires. Aujourd’hui, quelques milliers de personnes “vivent” en France de la crise des entreprises. Et elles en vivent plutôt bien. Dressant un portrait édifiant des acteurs de ce secteur en croissance et revenant sur les affaires qui ont défrayé la chronique ces dernières années (Danone, Doux, Heuliez, PSA, Samsonite, Florange, etc.), l’enquête de Cyprien Boganda révèle les dessous de cette machine qui prospère sur les ruines de l’économie française.
Le business des faillites, Cyprien Boganda, édition La Découverte, collection Cahiers libres, janvier 2015, 240 p., 16€.

Quelle approche des savoirs ?

Le numéro 155 de Dialogue, la revue du GFEN, publie les actes des 7èmes Rencontres Nationales sur l’Accompagnement d’avril dernier, plus spécifiquement centrées sur le Secondaire.

Une première partie questionne la mise au travail/en travail des élèves, comment parvenir à les engager dans une activité intellectuelle. La seconde partie aborde l’éternelle question du programme que les élèves “voient” mais sans l‘assimiler, tout comme ils/elles “savent” mais sans transférer. La dernière partie traite de la façon dont la profession s’adapte aux différences ; la différenciation méritant la plus grande attention pour ne pas contribuer à faire perdurer les inégalités de départ à l’insu de celles et ceux qui la mettent en œuvre .
Réussir du collège au lycée : quelle approche des savoirs ?, Dialogue n°155, (Groupe Français d’Education Nouvelle) , janvier 2015, 7€ le numéro.

Agone 55

Le début du XXIe siècle – les attentats du 11 septembre, l’invasion de l’Irak en 2003, la crise financière de 2008, la poursuite de la guerre en Afghanistan et le poids croissant de la Chine – a marqué un retour en force des débats autour de l’impérialisme américain. Assiste-t-on actuellement à un déclin de l’empire ? Faut-il au contraire parler d’une recomposition des formes de la domination mondiale ? À travers des études de cas, des essais critiques et des réflexions théoriques, les auteurs regroupés ici développent des interprétations concurrentes de l’impérialisme, son histoire, ses manifestations contemporaines, ses perspectives futures.
Hégémonie ou déclin de l’empire, Coordination Philippe Olivera & Clément Petitjean, éditions Agone, collection Revue Agone, janvier 2015, 224 p., 20€.

Classe et genre en milieu populaire

La matière première de ce livre de Beverley Skeggs, sociologue britannique spécialistes des cultural studies et de la pensée féministe, est une série d’entretiens menés auprès de quatre-vingt-trois jeunes femmes issues de la classe ouvrière anglaise, inscrites à une formation d’aide à la personne et travaillées par leur propre respectabilité. Abordant leur rapport à la sexualité, à la classe ou au féminisme, cet ouvrage vient apporter un prolongement essentiel aux travaux de Pierre Bourdieu et de Paul Willis.
Des femmes respectables, classe et genre en milieu populaire, Beverley Skeggs, traduit par Marie-Pierre Pouly, éditions Agone, collection L’Ordre des choses, janvier 2015 156 p., 25€.

L’Émancipation syndicale et pédagogique –2/02/2015 – page 34