Un mois dans le monde

samedi 19 décembre 2015

Les amis de la France

Notre armée a fortement contribué à installer Alassane Ouatara à la tête de la Côte d’Ivoire. L’ancien homme du FMI aura vite su apprendre les méthodes de tous les dictateurs de la Françafrique. Sa réélection avec 83 ?% des voix s’est faite avec les méthodes classiques : partis d’opposition interdits, régions contestataires quadrillées par l’armée, urnes bourrées.

Notre armée équipe celle du maréchal Sissi. Les frégates refusées à la Russie auront vite trouvé preneur en Égypte et comme c’est l’Arabie Saoudite qui a payé, elles serviront en priorité au Yémen.

Enfin, notre grand ami, c’est le régime féodal et esclavagiste d’Arabie Saoudite. Hollande était allé aux obsèques du roi précédent que Christine Lagarde avait qualifié de “grand ami des femmes”. La tuerie de Charlie Hebdo en janvier dernier avait été revendiquée par al-Qaïda au Yémen. La France a intelligemment répondu au terrorisme en vendant ses Rafales à l’armée saoudienne qui combat au Yémen contre les rebelles Houthis… au côté d’al-Qaïda.

État d’urgence

Les unanimités pour la grande boucherie de 1914, les pleins pouvoirs à Pétain, ceux pour Guy Mollet ou ceux pour De Gaulle ont toujours été des catastrophes. SeulEs, six députéEs dont Noël Mamère et Pouria Amirshahi ont su résister en votant contre l’état d’urgence. Bravo à eux/elles, honte aux autres .

L’état d’urgence décidé par Hollande-Valls et peut-être bientôt constitutionnalisé, c’est une incroyable régression dont les premières conséquences sont les interdictions de manifestations progressistes : pour les migrantEs, les Sans Papiers, contre le projet fou de Notre-Dame-des-Landes. C’est un alignement sur la droite et l’extrême droite. C’est une belle victoire pour Daesh qui a toujours combattu toute forme d’état de droit.

BDS

L’arrêt de la Cour de Cassation condamnant 12 militantEs de Mulhouse qui avaient fait une action de boycott contre Israël pour “discrimination contre une nation” paraît inimaginable. Avec un tel chef d’accusation, le boycott de l’Afrique du Sud aurait été impossible et les présidents français devraient être traînés en justice pour tous les boycotts qu’ils ont encouragés contre l’Iran, le Mexique ou la Russie. Une certaine presse en a aussitôt conclu à une interdiction du BDS. En attendant un recours auprès de la justice européenne, les actions BDS vont continuer. Et les succès continuent : les étudiants de Liverpool et l’association américaine d’anthropologie se rallient au BDS.

Policiers blancs, adolescents noirs

Dans l’année qui a suivi l’assassinat de Michael Brown à Ferguson, 704 personnes ont été tuées par la police américaine. Les probabilités étant décidément une discipline complexe, la majorité des victimes sont noires et/ou jeunes. Ce qui change depuis les émeutes du siècle précédent, c’est que les violences sont souvent filmées au téléphone portable, ce qui n’empêche pas la justice de donner raison aux assassins en uniforme.

Tunisie

Le prix Nobel donné à plusieurs associations dont l’UGTT permettra-t-il au processus politique tunisien de survivre ? Le parti Nidaa Tounès au pouvoir a éclaté. Ce parti composé d’anciens partisans de Ben Ali est aujourd’hui divisé en factions irréconciliables. Les différents se règlent à coup de violences mafieuses et de démissions. Du coup, le groupe majoritaire au Parlement, c’est à nouveau Ennahdha.

Égypte

Les autorités ont fini par admettre que l’avion russe parti de Charm el-Cheikh avait bien été victime d’un attentat revendiqué par Daesh. Ce n’est pas seulement une réponse aux bombardements russes en Syrie (pourtant majoritairement dirigés contre l’Armée Syrienne Libre). Pour l’armée du Maréchal Sissi, c’est un grave échec. Malgré une présence massive, elle n’arrive pas à contrôler le Sinaï. La population est très hostile au pouvoir central. Des bandes mafieuses se sont enrichies et armées en dépouillant et en rançonnant des migrantEs venuEs d’Afrique de l’Est souvent en route pour Israël. Ces bandes se sont ralliées à Daesh.

Burundi

Pour rester au pouvoir alors que les accords d’Arusha (signés en 2000) le lui interdisaient, le président Nkurunziza a lancé contre ses opposants de véritables escadrons de la mort. Assassinats ciblés, tortures, disparitions se multiplient. Avec la menace de relancer les guerres Hutus/Tutsis qui ont ensanglanté le pays et son voisin, le Rwanda.

Israël/Palestine

Ce qu’on appelle de plus en plus l’Intifada des couteaux se poursuit. Des PalestinienNEs anonymes, n’appartenant à aucun groupe, sacrifient leur vie en attaquant au hasard des IsraélienNEs, souvent des colons. L’armée israélienne tire dans le tas, notamment sur la “barrière de sécurité” à Gaza, ce qui explique le très grand nombre de victimes palestiniennes.

En Israël, la fuite en avant continue, Nétanyahou comptant sur le chaos au Proche-Orient pour consolider la situation coloniale. De nouvelles constructions de colonies sont annoncées. Une loi vise à expulser tout étranger partisan du BDS.

L’Europe a (enfin) décidé de demander l’étiquetage des produits des colonies. Imaginez qu’un produit commercialisé s’avère être du poison. La procédure normale, c’est de l’interdire, pas de l’étiqueter “attention, produit dangereux”. L’Europe, dans son grand courage, prend donc la décision de commercialiser des produits illégaux puisque l’occupation de la Cisjordanie n’est reconnue par personne.

En Israël, quelques intellectuels liés à ce qu’on appelle improprement “la gauche sioniste” et qui avaient jusque-là approuvé tous les crimes commis par leur État, commencent à s’alarmer devant cette dérive suicidaire. L’écrivain Amos Oz, lauréat du Prix d’Israël, a informé y a quelques mois les responsables du Ministère israélien des Affaires étrangères qu’il ne participerait plus aux manifestations officielles relevant du ministère ou du gouvernement israélien. L’écrivain Avraham Yehoshua qui déclarait il y a trois ans qu’un État binational serait un cauchemar, pense aujourd’hui qu’il n’y a plus d’autre choix.

Pierre Stambul


Brèves

7 juillet - RELAXE POUR ELIE DOMOTA !

Message de soutien d’Émancipation à Élie Domota
Le syndicaliste guadeloupéen Élie Domota, (...)

14 février - Réunion publique - Jeudi 23 février à 19h - Alep : un tournant ?

Résistances populaires en Syrie et manœuvres internationales
Réunion publique avec :
Ziad (...)