Un mois dans le monde

mercredi 20 janvier 2016

Anniversaire

On vient de célébrer le 70e anniversaire de la libération du camp de Jargeau, un des trois camps de concentration du département du Loiret. 70 ans, ça nous ramène à décembre 1945. Bizarre, l’Allemagne nazie avait capitulé sept mois plus tôt. Ben oui mais les détenus de Jargeau étaient souvent des “gens du voyage” et bien avant Valls, les autorités de l’époque estimaient qu’ils n’avaient pas “vocation” à être en France.

Trump

Certains pensent que l’islamophobie n’existe pas. D’ailleurs Marine Le Pen vient d’être acquittée pour avoir comparé les prières de rue à l’occupation nazie. La proposition de Trump est claire : interdire le sol américain aux musulmans. Faut-il croire que, s’il était élu, il irait rencontrer ses protégés saoudiens hors du sol des États-Unis ? Tout sourire mis à part, il y a quelque chose d’effrayant dans le phénomène Trump. Dans le fonctionnement de la “démocratie” américaine, un milliardaire populiste un peu demeuré a de bonnes chances d’accéder au pouvoir suprême et de diriger la plus grande puissance militaire du monde. En tout cas, plus Trump “dérape”, plus il s’impose comme candidat républicain à tel point que ses adversaires ne savent plus comment s’en débarrasser.

Grande-Bretagne

On se doutait que Corbyn n’aurait pas la partie facile à la tête du parti travailliste. Cela n’a pas tardé. Il a permis un “vote libre” de son groupe parlementaire et 67 députés travaillistes ont voté avec Cameron pour des bombardements britanniques en Syrie. On ne change pas une stratégie qui perd depuis 2001.

COP 21

Ce grand show organisé chaque année n’aura bien sûr abouti à rien. Les capitalistes avaient bien fait les choses. Les multinationales étaient au premier rang et elles promettent que, quand l’énergie fossile ne sera plus rentable, elles investiront dans le capitalisme vert. Les grandes questions comme la sécurité alimentaire avaient été évacuées du débat. Pendant le grand show, les habitants de Pékin ont survécu avec des masques et ceux des îles Tuvalu se préparent à partir pour tout pays qui les accueillera.

Fait accompli : deux poids, deux mesures ?

La Cour de Justice de l’Union européenne a annulé l’accord agricole avec le Maroc. La Cour considère que le droit international ne reconnaît pas l’annexion du Sahara occidental (qui date de 1975) et donc que les produits du Sahara doivent être exclus de l’accord. Bizarrement la même Union européenne se contente de demander “l’étiquetage” des produits des colonies israéliennes et n’a pas abrogé l’accord commercial entre l’Union européenne et Israël.

Le pétrole de Daech

La moitié des ressources financières du groupe vient de la contrebande du pétrole. Celui-ci chemine à travers la Turquie. Bilal Erdogan, fils du président est communément appelé “ministre du pétrole de Daech”. C’est maintenant la Suisse qui est accusée de jouer un rôle central dans la commercialisation, à partir du port de Ceyhan, de ce qui n’est pas commercialisé en Turquie.

Venezuela

Au pouvoir depuis 1999, le “chavisme” a subi une nette défaite lors des élections législatives du 6 décembre. C’est la conséquence de la crise économique, de l’hyperinflation, de l’insécurité et plus profondément de l’incapacité du régime à dépasser un modèle économique de redistribution partielle de la rente pétrolière.

Dans la coalition qui arrive au pouvoir figurent les principaux représentants d’une oligarchie revancharde qui avait tenté plusieurs coups d’État contre Chavez.

Israël/Palestine

Rien n’arrête Nétanyahou et ses partisans. Comme on a trouvé du pétrole sur le plateau du Golan (territoire syrien occupé depuis 1967), il demande aux États-Unis de reconnaître l’annexion de ce territoire pour pouvoir le commercialiser. Sur l’étiquetage des produits des colonies, c’est bien sûr, sans rire, une décision “anti-juive qui réveille de sombres souvenirs”. Et, toujours sans rire, l’Europe se voit, par mesure de rétorsion, privée de “participation au processus de paix”. Israël a trouvé des alliés en Europe contre cet étiquetage, en particulier la Grèce d’Alexis Tsipras. Comme si une trahison en impliquait forcément une autre.

La répression est toujours aussi forte : militante féministe et députée du FPLP, Khalida Jarrar vient d’être condamnée à 15 mois de prison. En Israël, un mouvement palestinien, la “branche nord du mouvement islamique” a été interdit. L’armée israélienne est intervenue en prenant d’assaut des hôpitaux palestiniens à Jérusalem, Naplouse et Hébron.

Dans l’armée israélienne, la crise morale s’accentue. Un soldat a diffusé une vidéo où il s’accuse d’avoir tué quarante personnes et explique que depuis, il se pisse dessus. Mais le mouvement des soldats et réservistes qui dénonce ces crimes (“Breaking the silence”) vient d’être interdit dans les écoles israéliennes.

En France, le député Habib Meyer (pour qui Tsahal est l’armée la plus morale du monde) demande l’interdiction du boycott d’Israël et Valls lui répond que le BDS ou l’antisionisme sont antisémites. Julien Dray explique qu’on n’a pas besoin d’état d’urgence : il suffit de “combattre le terrorisme” comme le fait Israël.

Espagne

Lors des élections portugaises, la (première) droite avait perdu la majorité et la (deuxième) droite c’est-à-dire le PS avait désapprouvé toutes les politiques menées jusque-là pour s’allier avec la “gauche de la gauche” sur un programme “d’austérité light”. L’avenir dira si ça peut marcher.

En Espagne, aux termes des élections, le pays semble ingouvernable. Ni la droite, ni la “gauche” n’ont la majorité et pour certains partis, s’allier, c’est se discréditer. Podemos a progressé surtout dans les villes sans arriver nationalement à dépasser le PSOE. Izquierda Unida n’a plus que deux députés. Les efforts de Rajoy pour conserver le pouvoir sont pathétiques, tant il est haï. Alors ???

Je vous écris depuis le camp de Jénine.

C’est là qu’en 2002, les troupes de Sharon avaient commis un grand massacre et les premières victimes avaient été des adolescents. C’est là qu’existe le Théâtre de la Liberté fondé par Arna Mer Khémis et poursuivi par son fils Juliano. C’est là que Juliano a été assassiné en 2011 sans qu’on sache par qui : Israël, l’Autorité Palestinienne ? Les intégristes ? Une convergence d’intérêts ?

L’assassin voulait tuer le théâtre, il a échoué. Son directeur répète à l’envi : “résister, c’est vivre et vivre c’est résister”. Interrogé par l’Autorité Palestinienne puis emprisonné 40 jours par les Israéliens, il leur a dit  : “j’ai fait un rêve, nous serons libres”. Et comme ses geôliers rigolaient, il leur a dit  : “vous aussi vous avez fait un rêve, celui du sionisme. Le mien aboutira”. (le 23 décembre)

Pierre Stambul


Brèves

7 juillet - RELAXE POUR ELIE DOMOTA !

Message de soutien d’Émancipation à Élie Domota
Le syndicaliste guadeloupéen Élie Domota, (...)

14 février - Réunion publique - Jeudi 23 février à 19h - Alep : un tournant ?

Résistances populaires en Syrie et manœuvres internationales
Réunion publique avec :
Ziad (...)