Mater la meute

dimanche 17 janvier 2016
par  Catherine

Pour comprendre le phénomène de la violence policière dans le maintien de l’ordre, et mieux y résister.

Cet essai décrit et analyse comment la restructuration néolibérale des institutions économiques et politiques entraine la militarisation progressive et rapide des forces policières et de leur tactique de maintien de l’ordre (surveillance généralisée, infiltrations, arrestations “préventives”, utilisation d’armes “sublétales”). On tire à nouveau dans la foule, les nouvelles générations se font tirer dessus. En Amérique comme en Europe du Nord, il semble que tous les moyens soient permis pour neutraliser la contestation sociale. La sociologue nord-américaine, s’appuyant sur les travaux de Bourdieu, Boltanski, et sur une enquête directe, montre l’influence croissante du secteur privé (producteurs et vendeurs d’armes, “consultants en sécurité”...) et des “associations professionnelles” sur les pratiques policières.

Phénomène qui génère une croissance de la violence policière dans le maintien de l’ordre. Comprendre cela, grâce à cet essai rigoureux, c’est “se donner les moyens collectivement de mieux y résister”.

Emmanuelle Lefevre

u Mater la meute. La militarisation de la gestion policière des manifestations, Lesley J. Wood, suivi de Le marché global de la violence, par Mathieu Rigouste, Lux éditeur, 320 p. 20 e.

À commander à l’EDMP (8 impasse Crozatier, Paris 12e, 01 44 68 04 18, didier.mainchin@gmail.com).