Un mois dans le monde

vendredi 19 février 2016

Arabie Saoudite

L’exécution de 47 personnes, dont le cheikh chiite al-Nimr, a provoqué la rupture des relations diplomatiques avec l’Iran, devenu l’ennemi n°1. L’an dernier, officiellement 153 personnes avaient été décapitées. Malgré cette barbarie décomplexée, l’accord historique conclu, il y a un siècle, entre l’Occident et les féodaux wahhabistes (“tu me donnes ton pétrole, je soutiens ton maintien au pouvoir”) fonctionne toujours. Si le conflit avec l’Iran déborde du Yémen et dégénère en guerre, les Rafales vendus par la France serviront. Pour l’instant, alors qu’il est de notoriété publique que le régime saoudien a financé et armé Daesh, il est toujours un pion fondamental dans la stratégie occidentale. Juste une alerte : la levée des sanctions contre l’Iran après l’accord sur le nucléaire apporte à ce pays 32 milliards de dollars et pourrait changer la donne.

Amérique latine

L’heure de la gauche est-elle en voie de se terminer en Amérique Latine ? Les résultats des dernières élections au Vénézuela et en Argentine semblent l’attester. Le Monde Diplomatique tente une explication. Le capitalisme sud-américain a toujours privilégié l’extraction des matières premières sur l’industrie de transformation. Et les bénéfices juteux de ces capitalistes ont régulièrement fui le sous-continent pour être placés ailleurs. La gauche au pouvoir n’a pas voulu et pas su changer cette réalité. Elle n’a jamais exproprié les capitalistes nationaux ou étrangers. Elle a pu, quand le cours des matières premières était élevé, opérer une certaine forme de redistribution. Mais la sortie de la pauvreté de millions de personnes a entraîné une forte hausse des importations et un important déficit commercial. Des dirigeant-e-s qui avaient promis de ne pas recourir à l’austérité (au Brésil, en Équateur) s’y sont résolu-e-s et risquent bien aussi de perdre le pouvoir.

Libye

Depuis que les troupes occidentales ont envahi le pays et assassiné le dictateur Kadhafi, l’État libyen n’existe plus. Deux gouvernements rivaux, l’un à l’Ouest (Tripoli), l’autre à l’Est (Benghazi, Tobrouk) s’affrontaient à l’arme lourde. Pendant ce temps l’État islamique renforçait ses positions dans de nombreuses régions, rançonnant ou exécutant (quand ce sont des Chrétiens éthiopiens) les migrant-e-s. Sur pression de l’ONU, un gouvernement “d’union nationale” dirigé par des gens de Misrata (centre) s’est formé, mais il est déjà très contesté. L’État islamique qui contrôle la ville de Syrte a commis un attentat à Zliten (55 mort-e-s). Aucune force ne semble capable de l’évincer de Libye.

Tunisie

La révolution de 2011 a commencé sur la question sociale. L’histoire se répète dans la même région centrale, déshéritée et sans espoir, où le chômage est massif : tentative de suicide d’un chômeur près de Kasserine, manifestations à Thala, Meknassi, Kasserine violemment réprimées. Dans la colère, s’exprime l’idée d’une révolution incomplète qui n’a rien fait pour donner du travail et n’a pas touché au modèle économique. Tout près de là, l’État islamique a réussi a installer un maquis. Ils ont décapité un berger et, malgré l’état d’urgence, l’armée tunisienne n’arrive pas à les déloger. Nul doute qu’ils trouveront des soutiens dans une population désespérée. Pendant ce temps, le parti au pouvoir Nidaa Tounès, dirigé par des octogénaires, se déchire et les Islamistes d’Ennahdha attendent leur heure.

Homan Balint

Ce brave homme a été un dirigeant fasciste et antisémite de la Hongrie dans les années 1930-40. Partisan de l’alliance avec l’Allemagne nazie, il a échappé à l’exécution en 1945 grâce au témoignage de quelques Juifs hongrois à qui il avait fourni des sauf-conduits. Les autres n’étaient plus là pour témoigner. Il est mort en prison en 1951. Dans la “nouvelle” Hongrie de Viktor Orban, son procès a été révisé et il a été acquitté à titre posthume. La ville de Székesfehérvar a décidé d’ériger une statue en son honneur. Les protestations ont juste empêché un financement public pour cette statue.

La société israélienne

Dorit Rabinyan est une romancière israélienne connue et pas politiquement engagée. Un de ses livres, qui évoque un “Roméo et Juliette” entre une Juive et un Palestinien, a été retiré de la liste des ouvrages destinés aux élèves. Il serait “contraire aux valeurs du pays”.

La liste des politiciens israéliens contraints de quitter la vie politique (pas pour leurs crimes contre les Palestinien-ne-s, rassurez-vous) s’allonge : après l’ancien président Katsav (viol) et l’ancien Premier ministre Olmert (corruption), c’est le ministre de l’intérieur Silvan Shalom qui tombe (harcèlement sexuel).

Ezra Nawi est un militant anticolonialiste israélien. Le 30 décembre, il faisait visiter à notre petit groupe les villages du sud d’Hébron et en particulier le village bédouin d’Umm al-Khair, régulièrement détruit par les colons de Carmel. Il a été emprisonné (sous le sceau du secret) quelques jours après, victime d’une provocation d’extrême droite. Il est toujours en prison (à l’heure où ces lignes sont écrites) et un autre membre du groupe Ta’ayush (Vivre ensemble) a aussi été arrêté. Le gouvernement israélien entame visiblement une répression musclée contre ses opposants.

Palestine

Belle victoire du BDS. L’accord entre Orange et la compagnie israélienne Partner qui fournit les téléphones mobiles aux colonies est rompu.

Ça n’arrête pas le gouvernement israélien qui vient d’annoncer la construction de 55 000 nouveaux logements dans les territoires occupés.

Le rapporteur de l’ONU sur la situation des Droits de l’Homme en Palestine, l’Indonésien Makarim Wibisono, a démissionné : lsraël ne l’a jamais autorisé à se rendre dans les territoires occupés.

La Française Elsa Lefort, compagne du franco-palestinien Salah Hammouri (qui a passé sept ans dans les prisons israéliennes) et enceinte de six mois, a été refoulée à l’aéroport de Tel-Aviv. Le but des Israéliens : que l’enfant ne naisse pas à Jérusalem et donc que le couple soit expulsable.

Dans le journal Haaretz, Gideon Levy écrit le 19 janvier : “il n’y a pas besoin d’être Adolf Eichmann pour être exécuté en Israël. Il suffit d’être une adolescente palestinienne avec une paire de ciseaux”. Il dénonce le permis de tuer et les nombreuses victimes qu’il provoque.

Pierre Stambul


Brèves

7 juillet - RELAXE POUR ELIE DOMOTA !

Message de soutien d’Émancipation à Élie Domota
Le syndicaliste guadeloupéen Élie Domota, (...)

14 février - Réunion publique - Jeudi 23 février à 19h - Alep : un tournant ?

Résistances populaires en Syrie et manœuvres internationales
Réunion publique avec :
Ziad (...)