Howard Zinn à l’école

samedi 12 mars 2016

Une équipe d’enseignantEs du lycée de Lunel vient de publier un dossier pédagogique à partir du film d’Olivier Azam et Daniel Mermet Howard Zinn, une histoire populaire américaine, qui permet d’en faire un support à plusieurs entrées, notamment pour les classes d’Histoire, d’Anglais et de Cinéma-Audiovisuel.

Publié en 1980 aux États-Unis, et en 2002 pour la traduction française, aux éditions Agone (avec un postscriptum sur les années 1990 - 2000 ), Une histoire populaire des États-Unis de 1492 à nos jours , d’Howard Zinn, a été un énorme succès international. Le livre a ensuite été décliné en Bande Dessinée en 2009, sous le titre Une histoire populaire de l’empire américain . Olivier Azam et Daniel Mermet se sont lancés dans le projet de porter à l’écran une trilogie, dont le film, Howard Zinn, une histoire populaire américaine. 1 Du pain et des roses , produit par Les Mutins de Pangée, sorti en 2015, constitue le premier volet.

Proposer aux élèves une contre-histoire de la révolution industrielle

Dans sa préface à l’édition française, Howard Zinn écrivait : “« L’histoire est la mémoire des États », écrivait Henry Kissinger, […] Le point de vue qui est le mien, en écrivant cette histoire des États-Unis, est bien différent : la mémoire des États n’est résolument pas la nôtre. Les nations ne sont pas des communautés et ne l’ont jamais été´. L’histoire de n’importe quel pays, présentée comme une histoire de famille, dissimule les plus âpres conflits d’intérêts (qui parfois éclatent au grand jour et sont le plus souvent réprimés) entre les conquérants et les populations soumises, les maîtres et les esclaves, les capitalistes et les travailleurs, les dominants et les dominés, qu’ils le soient pour des raisons de race ou de sexe. Dans un monde aussi conflictuel, ou` victimes et bourreaux s’affrontent, il est, comme le disait Albert Camus, du devoir des intellectuels de ne pas se ranger aux côtés des bourreaux.

Ainsi, puisque le choix de certains évènements et l’importance qui leur est accordée signalent inévitablement le parti pris de l’historien, je préfère tenter de dire l’histoire de […] l’essor industriel à travers le regard d’une jeune femme des ateliers textiles de Lowell, la guerre hispano-américaine à travers celui des Cubains, la conquête des Philippines telle qu’en témoignent les soldats noirs de Lusón, l’Âge d’or par les fermiers du Sud, la Première Guerre mondiale par les socialistes et la suivante par les pacifistes, […]

Il n’est pas dans mon propos de me lamenter sur les victimes et de stigmatiser les bourreaux. Les larmes et la colère, lorsqu’elles ont pour objet les événements du passé, ne peuvent que nuire à la combativité qu’exige le présent. En outre, les frontières ne sont pas toujours clairement délimitées. Sur le long terme, l’oppresseur est aussi une victime. Sur le court terme (et jusqu’ici, semble-t-il,

l’histoire de l’humanité´ n’a jamais été´ qu’une question de court terme), les victimes elles-mêmes, exaspérées et inspirées par la culture qui les opprime, se retournent contre d’autres victimes.C’est pourquoi, étant donné la complexité´ du problème, ce livre se montrera radicalement sceptique à` l’égard des gouvernements et de leurs tentatives de piéger, par le biais de la culture et de la politique, les gens ordinaires dans la gigantesque toile de la « communauté´ nationale » censée tendre à la satisfaction des intérêts communs”.

Des propos qui résonnent avec l’actualité française depuis les attentats de novembre 2015.

Centré plus particulièrement sur la seconde moitié du XIXe siècle et le début du XXe siècle, ce premier volet alterne entretiens avec Howard Zinn, Noam Chomsky, Chris Hedges, Tim Yeager, Matt Muchowski, Jim Beauchesne, montages d’archives et images fixes. Il s’agit bien à partir du film, de proposer aux élèves une réflexion et un débat sur une contre-histoire des États-Unis, et au delà sur une contre-histoire de la révolution industrielle.

Une boîte à outil très complète

Le dossier pédagogique, très étoffé (25 pages) a été réalisé par les enseignantEs qui interviennent dans l’option cinéma du Lycée de Lunel, avec le renfort de Jacques Choukroun, universitaire spécialiste du cinéma algérien, et créateur de la semaine du cinéma méditerranéen de Lunel.

Les repères chronologiques balaient la période 1776-1918. Centrés sur l’histoire sociale des États-Unis, ils ne s’y limitent pas pour autant, intégrant notamment la répression sanglante de la manifestation du 1er mai 1891 à Fourmies, la création de la première Internationale et les grandes phases de la Première Guerre mondiale.

Une première fiche consacrée aux luttes ouvrières aux États-Unis propose aux enseignantEs d’étudier, à travers quelques exemples, les mises en scène, qui procèdent par contrastes, de comprendre la démarche des réalisateurs et le travail du montage.

Elle aborde la forme filmique, le “raccord images”, ainsi que les conflits sociaux les plus marquants de la période : les grèves de 1886 à Chicago, la grève des ouvriers de l’industrie textile à Lawrence, dans le Massassuchets, en 1912, immortalisée par le chant Bread and roses (dont Ken Loach reprit le titre pour son film réalisé en 2000), enfin le massacre de Ludlow, dans le Colorado, qui fit 26 morts en 1914, en s’attachant à chaque fois à l’analyse audiovisuelle.

Dans le même esprit, la deuxième fiche propose d’analyser la construction de la séquence “Les barons voleurs”, pour comprendre comment le montage vient servir l’intention des réalisateurs. S’appuyant sur un découpage très précis de la séquence, il s’agit de solliciter les connaissances historiques et la démarche critique pour mettre en question le mythe américain du self made man (“En Amérique, un cireur de soulier peut devenir milliardaire”) et pour dénoncer le cynisme et les énormes fortunes amassées par les grands patrons de l’industrie. Une autre fiche est en cours de rédaction, sur le thème de l’histoire du chemin de fer.

Des notices biographiques consacrées à Emma Goldman, Joe Hill, Mother Jones, ainsi que l’histoire succincte de l’IWW, apportent les compléments de connaissance indispensables, et favorisent l’ancrage de la démarche pédagogique dans le domaine de l’Histoire.

Au total, un dossier qui donne envie d’aborder l’œuvre d’Howard Zinn dans sa classe.

Raymond Jousmet

Sommaire du dossier pédagogique

Synopsis et fiche technique p. 3

Note d’intention des réalisateurs p. 4

Howard Zinn p. 5

Découpage séquentiel du film p. 7

Ressources et repères chronologiques p. 10

Fiches :

Les luttes syndicales p. 12

Les barons voleurs p. 15

Analyses de séquences :

Ludlow p. 17

Le chemin de fers p. 19

Emma Goldman, IWW et les figures historiques p. 20

Pistes pour animer un débat p. 23

La bibliographie d’Olivier Azam p. 24

Compléments concernant l’œuvre d’Howard Zinn :

- Une histoire populaire des États-Unis de 1492 à nos jours, Howard Zinn, édition Agone, sept. 2002, 812 p., 28 e.

- Le Vingtième Siècle américain. Une histoire populaire de 1890 à nos jours , Howard Zinn, édition Agone, nov. 2003, 476 p., 20 e.

- Une histoire populaire de l’empire américain , scénario : Howard Zinn et Paul Buhle, dessin : Mike Konopacki, Noir et blanc, édition Vertige Graphic, août 2009, 263 p., format 17X24, réédité aux éditions Delcourt, 2014, 20 e.

- Howard Zinn, une histoire populaire américaine (1ère partie) 1. Du pain et des roses , film en DVD, Olivier Azam et Daniel Mermet, 1h 46, produit par Les Mutins de Pangée, 20 e. On peut l’acheter sur le site : http://www.histoirepopulaireamericaine.fr/ ou sur http://www.laboutiquedesmutins.org/

- Des voix rebelles. Récits populaires des État-Unis, d’après l’œuvre d’Howard Zinn , Réalisation : Howard Zinn, Anthony Arnove, Chris Moore. Producteurs : Howard Zinn, Anthony Arnove, Chris Moore, Josh Brolin, Matt Damon. Durée : 113 mn., Langue : anglais - Sous-titres : français, produit par VOICES LLC (2009), collection Livre-DVD “Mémoires populaires” en co-édition avec les Editions Agone 22 e (également sur http://www.laboutiquedesmutins.org/).