Un mois dans le monde

mercredi 30 novembre 2016

Populisme

Dans plusieurs pays, le populisme est au pouvoir ou aux portes du pouvoir et il apparaît (ce qui est dramatique) comme la seule alternative au libéralisme.

En Hongrie, Viktor Orban, qui gouverne depuis 2010, a certes échoué dans son référendum contre les migrantEs. Il a quand même obtenu 98 ?% des voix sur son programme xénophobe (avec des slogans parlant de soviétisation de l’Union Euro- péenne !) mais avec moins de 50 ?% des inscritEs, ce qui invalide le vote. Ces dernières années, il a domestiqué la radio, la télévision, les grands journaux, les programmes scolaires. Et sa principale opposition, c’est l’extrême droite nostalgique du fascisme.

En Pologne, une première mani- festation de 100 ?000 femmes a empêché le gouvernement et le parti de Kaczynski d’interdire totalement l’avortement. Mais les cléricaux populistes ne désarment pas et veulent limiter de façon drastique l’avortement afin que “même lorsque l’enfant est condamné à mort, il puisse être baptisé” !

Et aux États-Unis, sauf énorme surprise, quand ces lignes paraîtront, Trump le beauf aura été battu par la candidate du système, de l’establishment, des “décideurs” et du complexe militaro-industriel. Mais malgré touTEs ses adversaires, malgré les pires casseroles concernant ses propos sur les femmes, les Latinos, les musulmanEs, les MexicainEs… , malgré ses obscénités sexistes, Trump aura quand même gagné de nombreux États et obtenu des millions de voix. Le pire n’est jamais exclu.

CETA

Boycotter Israël, c’est de la “discrimination” contre ce grand pays démocratique, d’après la cour de cassation. Demain, appeler à ne pas manger du poulet lavé au chlore, du bœuf aux hormones ou refuser d’acheter du soja transgénique, ce sera de la discrimination anti-canadienne. Et on pourra être condamné. Vous ne vous souvenez plus dans quelle instance le traité de libre-échange entre l’Europe et le Canada a été discuté ? C’est normal, il n’a été élaboré qu’au plus haut niveau et sans aucun contrôle. Le vaillant parlement wallon a eu des doutes, mais il a vite été mis au pas. Rien ne doit arrêter la marche du progrès et surtout pas celle de l’oléoduc qui amènera vers la côte atlantique les gaz de schiste de l’Alberta.

Rome

La désaffection vis-à-vis des grands partis traditionnels (la fausse gauche et la vraie droite) avait permis le succès du parti populiste “5 étoiles” aux élections municipales de Rome et l’élection de Virginia Raggi. Elle avait promis, pour être élue, une opération “mains propres”. Et ça n’a pas tardé : elle a dû renvoyer sa chef de cabinet qui s’était octroyé un salaire annuel de 193 ?000 euros. Dans la foulée, il a fallu se séparer aussi du responsable financier, du directeur de la société publique chargée des ordures ménagères et de celui des services publics ! Quelle tristesse, à qui se fier ?

Information erronée

Quand elle déverse tous les jours des tonnes de dynamite sur Alep, l’aviation russe ne s’excuse jamais. Au Yémen, la coalition dirigée par l’Arabie Saoudite a bombardé Sanaa le 8 octobre. Il y a eu 140 mortEs mais, qu’on se rassure, le régime saoudien s’est excusé : il avait eu des informations “erronées”. Tout ceci n’a pas empêché, cinq jours plus tard, la marine américaine de tirer cinq missiles “Tomahawk” contre les mêmes “rebelles”.

Mossoul

Les médias annoncent la reprise imminente de Mossoul (en Irak) par la “coalition”. Et dans la foulée, la reprise de Raqqa (en Syrie). Dans cette coalition, il y a l’armée irakienne, les forces kurdes d’Irak et l’aviation occidentale. Il a fallu l’insistance du gouvernement irakien pour que l’armée turque (qui a toujours protégé “l’État Islamique”) ne se joigne pas au festin.

Reprendre Mossoul, certes mais pour quoi faire ? Quand Daesh s’est emparé de Mossoul (août 2014), l’armée irakienne n’a pas combattu et a tout abandonné : armes, argent... Le régime clanique installé par les Américains à Bagdad s’était rendu tellement impopulaire, surtout auprès de la population sunnite, qu’une partie des habitantEs de Mossoul avait accepté Daesh. D’anciens membres du Baas sont devenus des “cadres” de ce régime sanguinaire. L’invasion américaine a fait exploser l’Irak, on a du mal à croire que le bain de sang qui s’annonce à Mossoul recollera les morceaux.

Israël/Palestine

Avec l’époque des camps, voici celle de la piraterie. Le 6 octobre, la marine israélienne a arraisonné dans les eaux internationales un bateau canadien de femmes en route pour Gaza. Le bateau a été confisqué et les passagères expulsées. Il y avait à bord Mairead Maguire, militante irlandaise, prix Nobel de la paix 1976. Vous avez lu ou entendu quelque chose dans les médias ? Non, et pourtant ce jour-là, ils n’arrêtaient de parler de Prix Nobel.

Les médias rétorqueront qu’Israël est une “démocratie” qui a le droit de se défendre. Dans ce pays qui reçoit des milliards d’aide américaine ou de transferts de fond venant d’Occident, une loi a été votée contre toute aide étrangère aux partis ou associations qui défendent les droits des PalestinienNEs. C’est au nom de cette loi que des centaines de militantEs du Balad, parti d’extrême gauche qui a trois députéEs à la Knesset (le Parlement israélien) ont été arrêtéEs.

L’ONU porte une énorme responsabilité vis-à-vis de ce que le peuple palestinien endure depuis des décennies. Quelque chose est-il en train de changer ? On voudrait l’espérer. L’UNESCO a publié un texte très clair condamnant les confiscations de biens palestiniens à Jérusalem et la judaïsation à marche forcée de la ville. Les officines sionistes officielles ont aussitôt crié à l’antisémitisme et Israël a rappelé son ambassadeur. Hagaï El-Ad, porte-parole de B’tselem (centre israélien d’information pour les droits de l’homme dans les territoires occupés) a pu s’exprimer devant le Conseil de Sécurité de l’ONU en recensant toutes les violations du droit faites par l’occupant et en demandant à l’ONU d’enfin agir par des sanctions.

Enfin, six militantEs françaisES qui partaient en Palestine ont touTEs été refouléEs à l’aéroport Ben Gourion. Coïncidence malencontreuse : ils/elles avaient touTEs des noms à consonance arabe.

Pierre Stambul


Brèves

8 décembre - Réunion publique - jeudi 14 décembre à 19h - Après les récentes défaites de Daesh, où va la Syrie ?

Réunion publique avec :
Joseph Daher, militant syrien originaire d’Alep
Sakher Achawi, (...)

7 juillet - RELAXE POUR ELIE DOMOTA !

Message de soutien d’Émancipation à Élie Domota
Le syndicaliste guadeloupéen Élie Domota, (...)

14 février - Réunion publique - Jeudi 23 février à 19h - Alep : un tournant ?

Résistances populaires en Syrie et manœuvres internationales
Réunion publique avec :
Ziad (...)