Appel à la création de Fronts Sociaux à Paris, partout

Dossier
lundi 11 septembre 2017

À quelques semaines d’une rentrée sociale que nous souhaitons réussir, il est [maintenant] l’heure de renforcer la mobilisation, de s’organiser et d’élargir massivement la contestation pour faire plier le gouvernement. Le défi est de taille, dans un délai très court, puisque Macron a choisi, dans sa grande lâcheté, la voie anti-démocratique des ordonnances pour diminuer la construction du rapport de force avec les travailleur.se.s, chômeu.r.se.s, lycéen.ne.s, étudiant.e.s, migrant.e.s, retraité.e.s, opprimé.e.s, activistes, des syndicats, des Nuits debout et/ou du “cortège de tête”...

Le Front social propose aujourd’hui un espace de contestation contre cette loi Travail XXL “et une guerre sociale tout azimuts” avec des initiatives depuis plusieurs mois que nous pouvons tou.te.s renforcer.

Dès aujourd’hui, l’enjeu est de créer des Fronts sociaux, qu’ils s’appellent ainsi ou autrement, PARTOUT : dans les villages, les quartiers populaires, les villes, dans les arrondissements des grandes villes, sur les places, dans des cafés, des repaires...

Pourquoi ?

Pour réussir notre mobilisation, l’objectif majeur est de créer un mouvement social de masse capable de construire des grèves massives, particulièrement dans des secteurs-clés de l’économie. L’appel à la grève nationale du 12 septembre est un excellent point d’appui. Mais la généralisation et la reconduite de la grève ne se décrètent pas. La grève massive et reconductible se construit patiemment, pas à pas, en tissant des liens, en élargissant les réseaux, en se faisant confiance, en débattant, en ferraillant, en se serrant les coudes contre les attaques du patronat, du gouvernement de l’État, des médias dominants, voire même de certains syndicats... !

Dans les manifestations, la police est de plus en plus active pour diviser les manifestant.e.s, créer des incidents, réprimer diversement. Les coordinations anti-répressions et les équipes de streets-medics permettent de mettre en œuvre une défense collective autant dans la prévention (l’information), que pendant les manifestations, et dans l’accompagnement des victimes. Participons et prenons les moyens de soutenir ces équipes au service de tous.

Notre force est notre nombre qui bien articulé, bien coordonné pourrait se révéler une force puissante.

Comment ?

Cet appel vise à inciter et motiver à la création de Comités locaux ou sectoriel du Front social :
- créer des groupes, de copains/copines, collègues, riverains, habitant.e.s d’un même quartier, d’une même ville...
- des collectifs d’un même territoire (immeuble, rue, quartier, village, ville, département, région...) ;
- des collectifs d’entreprises, de secteurs et lieux d’étude, de chômeur.se.s...

Il s’agit bel et bien de multiplier les espaces du Front Social qui s’organiseront en toute autonomie et se retrouveront tant pour s’opposer au projet du gouvernement que construire des alternatives.

Pour faire quoi concrètement ?

Chaque comité, selon les motivations envies de ses membres, de leurs envies, de leurs désirs pourront dès lors :
- Créer des caisses de grèves solidaires du mouvement.
- Conduire des actions (de blocages, d’agit-prop, culturels, de financement...).
- Proposer des temps d’échanges d’éducation populaire politique (débats, projections de films...).
- Prévoir des départs communs en manifs.
- Organiser la préparation des actions (tractage, collage, prises de parole, meeting...).
- Imaginer toute initiative pour soutenir la construction d’un mouvement de masse festif, solidaire et résolument offensif !

Comment lancer un Comité du Front Social ?

- Une consigne : il n’y a pas de consigne. Foncer : prévoir une rencontre, un apéro, une AG...et créer officiellement le comité.
- Se faire connaître (pour ensuite mieux se coordonner).
- Demander de l’aide, conseils, soutiens si besoin...


Brèves

26 juin - Mardi 27 juin - Rassemblement et meeting unitaire - 12 h - Paris - Invalides

Pas de code du travail sur ordonnance !
Les organisations syndicales CGT, FO, FSU, SOLIDAIRES, (...)