Un mois dans le monde

vendredi 15 septembre 2017

Macron

Dis-moi ce que tu dis, je te dirai qui tu es. On a beau être un pur produit publicitaire, il arrive que la carapace se fissure.

Le 1er juin dans le Morbihan, Macron déclare : “Ah non, c’est à Mayotte le kwassa-kwassa. Mais le kwassa-kwassa pêche peu, il amène du Comorien, c’est différent”. Les proches des 10 ?000 ComorienNEs noyéEs à la suite du décret Balladur (1995) qui leur impose un visa pour se rendre à Mayotte apprécieront.

Le 29 juin, à la Halle Freyssinet (Paris), il expliquait : “Une gare, c’est un lieu où on croise des gens qui réussissent et des gens qui ne sont rien”. Salauds de pauvres ! En plus, ils prennent le train !

Enfin, on savait, grâce à un prédécesseur de Macron, que l’Afrique n’était pas entrée dans l’Histoire. Pour Macron, c’est à cause des Africaines. Le 8 juillet, au G20 de Hambourg, il expliquait : “Quand des pays ont encore aujourd’hui sept à huit enfants par femme, vous pouvez décider d’y dépenser des milliards d’euros, vous ne stabiliserez rien”. Les nègres quand même !

Portugal

Les incendies du mois de juin ont causé la mort de plus de 60 personnes. Fatalité ? Pas tout à fait. Après la crise de 2008 et avec la bénédiction de la Troïka débarquée en 2011, les responsables politiques ont en effet accéléré la libéralisation et le démantèlement des services de gestion et de protection des forêts, au profit d’une monoculture très rentable lancée dans les années 80, l’eucalyptus. Qui a dit que le libéralisme n’a pas d’odeur ? Il sent le brûlé !

Racisme à tous les étages

Depuis plusieurs mois à Calais, notre police “républicaine” multiplie les entraves à l’aide aux migrantEs. Les distributions de vivres et même d’eau sont harcelées voire interdites. Ben quoi, ils ont fait des milliers de km pour venir, ils ne vont pas boire en plus !

Les fachos de “Génération identitaire” ont collecté, grâce à PayPal 195 ?000 euros. Ils ont pu affréter un bateau, le C Star, pour “patrouiller” au large de la Libye et empêcher les départs de migrantEs. Ils ont essayé de bloquer l’Aquarius, le bateau de SOS Méditerranée qui a déjà sauvé des milliers de vies. La marine européenne, présente, a laissé faire.

Aux États-Unis, l’élection de Trump a libéré le fond et l’arrière-fond des nazis et du Ku-Klux-Klan. Ils ont tué délibérément à Charlottesville. Beaucoup “d’observateurs” s’étonnent de la proximité idéologique entre Trump et ces fous furieux. Cela remonte à loin : le New York Times a révélé que le père de Trump avait été arrêté en 1927 lors d’une manifestation du Ku-Klux-Klan. La manifestation de Charlottesville n’était pas seulement un appel au meurtre des Noirs. Elle était violemment antisémite. Bizarre : Nétanyahou qui voit l’antisémitisme partout n’a rien dit.

Nétanyahou

Il a été invité par Macron pour célébrer l’anniversaire de la rafle du Vel d’Hiv. Quelle obscénité ! Tous les jours, l’armée et la police israéliennes raflent des enfants, des manifestantEs et même une députée du FPLP (Khalida Jarrar, militante féministe). Bien sûr, Macron a affirmé qu’antisionisme et antisémitisme, c’est pareil.

Nétanyahou a démontré le contraire. Le lendemain, il est allé rencontrer son ami, le Premier ministre hongrois Viktor Orban, celui qui a entrepris la réhabilitation du régime antisémite et pronazi de l’amiral Horthy (1920-1944). Orban a lancé dans son pays une campagne d’affiches contre le milliardaire américain (d’origine juive hongroise) Georges Soros qui vient en aide aux migrantEs. Le caractère antisémite de cette campagne a amené les représentants de la communauté juive hongroise et l’ambassade israélienne à protester. Qu’a fait Nétanyahou ? Il a désavoué son ambassadeur, réaffirmé son soutien à Orban et dénoncé Soros comme un traître et un ennemi d’Israël. Désormais, les militantEs juifs/ves qui critiquent Israël sont directement attaquéEs. Une des animatrices de l’association américaine JVP (voix juives pour la paix) a été interdite d’entrée en Israël.

Nétanyahou a pourtant subi un échec cinglant en retirant les portiques “de sécurité” à l’entrée de l’esplanade des mosquées de Jérusalem. Il a cédé face à l’ampleur des manifestations et aux menaces jordaniennes. : un garde israélien ayant tué deux Jordaniens dans l’ambassade israélienne à Amman le 23 juillet, la Jordanie menaçait Israël d’une rupture des relations.

Gaza

C’est le chaos organisé dans la bande de Gaza. Sur fond de pénurie totale d’électricité, l’Autorité Palestinienne a provoqué, en licenciant ou en diminuant les salaires des fonctionnaires, une crise économique et humanitaire majeure. Le Hamas s’est allié à son ancien ennemi juré, Mohammed Dahlan. Ce mafieux, dissident du Fatah et ennemi juré d’Abbas alors que tous les deux sont considérés comme les hommes des Américains, avait organisé en 2007 le coup d’État manqué contre le Hamas et s’était enfui en laissant ses camarades se faire massacrer. L’accord stipule que le Hamas garderait le contrôle de la “sécurité” et que Dahlan exercerait le pouvoir avant (espère-t-il) de le prendre à Ramallah.

Qatar

Si on devait plaisanter, on dirait que dans un divorce, le problème c’est la garde des enfants, et qu’entre les féodaux d’Arabie Saoudite et du Qatar, on ne sait pas qui va garder Daesh. Le roi d’Arabie Salmane, connu pour avoir financé et armé al Qaïda, s’est lancé dans une politique de surarmement et de confrontation avec l’Iran. Le blocus du Qatar est un échec de plus pour lui et l’émirat, peu affaibli, s’est offert le luxe d’acheter Neymar (pour le PSG). En Arabie Saoudite, les dépenses d’armement et la guerre au Yémen provoquent un début de crise sociale.

Turquie

Un an après la mystérieuse tentative de coup d’État, le pays est devenu une vraie dictature : presse muselée, journalistes et députés emprisonnéEs, prisons qui débordent, fonctionnaires licenciéEs. Kemal Kiliçdaroglu, 69 ans, dirigeant du CHP (le parti héritier d’Atatürk) a marché du 15 juin au 9 juillet d’Ankara à Istanbul pour protester contre la dictature et a été accueilli par des dizaines de milliers de ses partisans.

Corbyn

Alors que les partis sociaux-démocrates européens, enlisés dans les pires compromissions, s’écroulent les uns après les autres, Corbyn, sur un positionnement antilibéral, a failli réaliser la surprise. Il n’a pas gagné contre les conservateurs, mais il a gagné contre l’appareil de son parti.

Rif

La révolte dans cette région déshéritée du nord du Maroc a commencé en octobre 2016 avec la mort atroce d’un vendeur de poissons d’Al Hoceima. Malgré la répression, les arrestations et la militarisation de la région, le mouvement populaire du Rif (Hirak) qui se réclame de la mémoire d’Abd el-Krim (résistant à la colonisation au début du siècle dernier) ne faiblit pas et les grèves générales se succèdent.

Pierre Stambul


Brèves

7 juillet - RELAXE POUR ELIE DOMOTA !

Message de soutien d’Émancipation à Élie Domota
Le syndicaliste guadeloupéen Élie Domota, (...)

14 février - Réunion publique - Jeudi 23 février à 19h - Alep : un tournant ?

Résistances populaires en Syrie et manœuvres internationales
Réunion publique avec :
Ziad (...)