Notre librairie (novembre 2017)

lundi 4 décembre 2017

JPEG - 28 ko

Le renouveau de la révolte noire américaine.

L’auteure, Keeanga-Yamahtta Taylor, professeure à l’université de Princeton, militante antiraciste, féministe et anti capitaliste, est spécialiste de l’histoire politique des mouvements noirs, des mouvements sociaux et des questions d’inégalités raciales aux États-Unis. Dans ce livre, elle revient sur l’“économie politique du racisme” depuis la fin de l’esclavage. Dès l’introduction (Le réveil noir dans l’Amérique d’Obama : la fin d’une illusion), le ton est donné. Les titres de certains des chapitres suivants — une culture raciste — une justice à deux vitesses — ne laissent aucun doute sur la thèse défendue par l’auteure à savoir que ce mouvement de libération peut rallier d’autres groupements et s’étendre à une lutte anticapitaliste beaucoup plus générale.

Black Lives Matter - le renouveau de la révolte noire américaine , Keeanga-Yamahtta Taylor, traduction Celia, Izoard, éditions Agone, septembre 2017, 408 p., 24 €.

.
.

JPEG - 24 ko

Mourir au travail ? Plutôt crever !

À l’heure où la protection sociale est ouvertement dénoncée comme une entrave à la bonne marche de l’ économie, ce livre rappelle que la souffrance au travail, aujourd’hui générale, est le résultat d’une rupture historique et d’un processus implacable d’expropriation des travailleurs/travailleuses. Revenant sur des notions clés telles que le besoin, la rareté, la valeur ou la fragmentation du travail, l’auteur propose d’explorer quelques pistes pour repenser une question plus vivace que jamais dans nos sociétés : la définition commune des besoins, celle de la notion de richesse, le partage du travail, la construction de l’autonomie politique, la prise en compte des urgences sociales et écologiques… des pistes urgentes à explorer pour comprendre que le travail pourrait être à nouveau un facteur d’émancipation.

Mourir au travail ? Plutôt crever ! Didier Harpagès, éditions Le passager clandestin, octobre 2017, 174 p., 12 €.

.
.

JPEG - 76 ko

Rosa la rouge

Kate Évans, auteure de bande dessinée et militante féministe signe un formidable roman graphique sur l’une des grandes figures politiques du XXe siècle, Rosa Luxemburg. Par son dessin en noir et blanc, elle nous trace d’une manière sensible la vie privée de Rosa, de son enfance en Pologne jusqu’à son assassinat en Allemagne en 1919. Mais surtout, le livre nous plonge avec intelligence dans l’évolution intellectuelle de cette grande théoricienne marxiste. Nous découvrons ou redécouvrons au fil des planches les joies et les drames de celle qui ne cessa jamais de lutter dans la société patriarcale et antisémite de l’époque pour défendre l’internationalisme pour lequel elle a combattu jusqu’à la mort. 50 pages de notes permettent d’approfondir la réflexion sans ralentir la lecture du roman graphique.

Rosa la rouge , Kate Évans, traduction Jérôme Vidal, éditions Amsterdam, septembre 2017, 224 p., 20 €.

.
.

Panique dans le XVIe !

JPEG - 62.5 ko

Après pourquoi les riches sont-ils de plus en plus riches et les pauvres de plus en plus pauvres ? Les deux sociologues militantEs Monique Pinçon-Charlot et Michel Pinçon accompagnéEs de leur comparse illustrateur nous livrent une enquête sociologique et dessinée. À l’origine de cet ouvrage, la réunion de présentation du projet de centre d’hébergement d’urgence dans le très chic et très riche XVIe arrondissement de Paris en mars 2016. Fait anecdotique ? Il provoque en tous cas une explosion de violences offrant l’opportunité d’analyser à travers l’entremêlement de textes sociologiques et de dessins humoristiques l’argumentation de mauvaise foi des nantiEs prêtEs à tout pour se protéger de la mixité sociale. La préservation de leur entre soi résidentiel demeure une pierre angulaire de la reproduction des rapports sociaux de domination.

Panique dans le XVIe , Monique Pinçon-Charlot et Michel Pinçon illustration Étienne Lécroart, éditions La ville brûle, septembre 2017, 96 p., 16 €.