Notre librairie (janvier 2018)

mardi 30 janvier 2018

Les limites de l’indignation

JPEG - 42.5 ko

Le sous-titre“La révolution commencera-t-elle à Bure ?” nous éclaire davantage sur le propos de cet ouvrage. Il y est en effet question du projet d’enfouissement de déchets nucléaires. Dans un premier temps, l’auteur explique l’émergence de la situation d’indignation, issue de la confrontation publique des promoteurs du projet et de ses opposantEs ; ensuite il détermine les “domaines de la lutte” à Bure qui dépassent largement le seul projet industriel. Pour finir, il analyse les avenirs possibles de ce conflit ; quel avenir peut produire la gouvernance ? Quel avenir peuvent produire les mouvements d’indignéEs ? Pour quelles raisons émerge si peu d’imagination sociale ? La seule solution à ce conflit est-elle la violence qui écraserait une des deux parties et donnerait l’exemple à suivre dans les autres quêtes d’avenir ?

Les limites de l’indignation, La révolution commencera-t-elle à Bure ?, Jan Spurk, éditions du Croquant, octobre 2017, 190 p., 15 €

Mumia Abu-Jamal

JPEG - 504 ko

Voici maintenant trente-cinq ans, Mumia Abu Jamal a été condamné à mort par la cour de Philadelphie pour un crime qu’il n’a pas commis. En 2011 sa peine est commuée en prison à vie sans possibilité de remise de peine, et sans que jamais le procès n’ait été révisé, malgré l’accumulation des témoignages prouvant son innocence. Depuis 35 ans, des centaines de milliers de personnes dans le monde soutiennent ce journaliste noir américain pris en tenaille entre un système judiciaire raciste et une police violente et corrompue. En 1995, le collectif français de soutien à Mumia s’est constitué, rassemblant une centaine d’organisations et de collectivités publiques. Son objectif est d’obtenir un nouveau procès permettant au journaliste noir américain de défendre son innocence et de recouvrer la liberté, et son action s’inscrit dans le combat pour l’abolition universelle de la peine de mort. L’auteure de cette nouvelle édition actualisée de la biographie de Mumia milite depuis vingt ans dans le collectif, et rend régulièrement visite au condamné, à sa famille et à ses soutiens américains. Commander ce livre, dont tous les droits d’auteure iront à la défense de Mumia, c’est aussi soutenir l’action du collectif.

Mumia Abu-Jamal, combattant de la liberté , Claude Guillaumaud- Pujol, édition Le Temps des Cerises, novembre 2017, 166 p., 13€.

JPEG - 31.5 ko

Jours de famine et de détresse

Avec ce tout premier livre, Neel Doff, auteure belge, a manqué de peu le Goncourt 1911. Dans ce roman, elle donne à voir la vie d’une famille très pauvre de neuf enfants. Pas de monde enchanté chez Neel Doff, mais un récit par petites touches réalistes de son enfance, qui se transforme au fil des pages en peinture de la misère au XIXe siècle. On a parfois comparé ses écrits à ceux de Zola, qu’elle jugeait pourtant trop “inventés” et “superficiels” pour décrire avec justesse le vécu du peuple. Sans doute qu’éprouver la misère au plus profond de soi est une condition nécessaire pour créer une œuvre aussi forte que celle de Neel Doff. Un grand classique de la littérature prolétarienne.

Jours de famine et de détresse , Neel Doff, éditions L’Échappée, octobre 2017, 192 p., 16 €.


L’an I de la révolution russe

Victor Serge retrace ici le tout début de la révolution et les circonstances dramatiques qui ont transformé l’État-Commune, né de la révolution en dictature du parti. Il montre les prodiges d’héroïsme déployés par la classe ouvrière et les paysanNEs de Russie dans leur combat contre les oppressions venues des nations extérieures très vite réconciliées après la guerre pour conjurer le danger rouge. Commencée en 1925, quand l’auteur fait partie de l’opposition de gauche du parti bolchévique, et achevée en 1928, après son exclusion pour “activité fractionnelle”, cette fresque témoigne de sa fidélité aux idéaux d’Octobre.

L’an I de la révolution russe , suivi de La ville en danger et de Trente ans après , Victor Serge, éditions Agone, novembre 2017, 720 p., 28,00 €.