Prendre la rue contre les expulsions !

lundi 16 avril 2018
par  Catherine

31 mars : fin de la “trêve hivernale” et, pour le pouvoir, date du coup d’envoi des expulsions, y compris par la force armée : des logements, des squats, des exilé.e.s, de la ZAD... Inacceptable évidemment, alors il est urgent et nécessaire de s’organiser collectivement, systématiquement, partout.
C’est le sens de cet appel.

La précarisation lente et progressive de couches de plus en plus larges de la population attaque de manière déchirante toutes les catégories les plus faibles de la société. Elle met en péril de plus en plus de familles, de personnes isolé·e·s, d’étudiant·e·s..., jusqu’à la possibilité de payer leurs loyers ou même de trouver un toit. La baisse des APL en septembre dernier, atteste suffisamment de la disposition du gouvernement sur la question sociale. Partout le 31 mars va signifier, avec la fin de la trêve hivernale, des opérations policières pour priver d’habitat des précaires et mal-logé·e·s.

Dans la même “dynamique”, les conditions d’accueil sur le territoire ne cessent de se durcir et le projet de loi “asile et immigration” porté par Gérard Collomb enfonce le clou. L’ouverture de bâtiments devient une nécessité vitale, en ville ou dans des universités, pour les exilé·e·s même mineur·e·s. À Nantes, sur le campus du Tertre, depuis plusieurs semaines, la présidence a lancé des menaces répétées d’expulsion sur les centaines d’occupant.e.s du château du Tertre et de la Censive.

Après l’expulsion par les gendarmes, exilé.e.s , précaires, militant.e.s ont investi dans le centre de la ville un ancien EHPAD, vide depuis des années, vaste et adapté à l’hébergement. Après hésitation, la mairie a renoncé à une nouvelle expulsion policière, victoire de la construction du rapport de force, en donnant une échéance de départ au 31 mars, fin de la trêve hivernale.

Après la victoire historique du mouvement anti-aéroport, le gouvernement veut contenir la propagation de la vague de luttes de territoire face aux projets destructeurs, à Bure et ailleurs. Il annonce aussi vouloir s’en prendre après le 31 mars, aux habitant.e.s de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes. Des dizaines de milliers de personnes ont pourtant rappelé le 10 février qu’elle feraient obstacle à toute tentative d’expulsion de celles et ceux qui ont fait de ce bocage un territoire de résistance et d’expérimentations.

Une opposition déterminée

Cette année toutes les tentatives d’expulsions doivent faire face à une opposition déterminée ! En ce mois de mars 2018, les luttes pour l’habitat doivent résonner au côté des luttes salariales. Nous appelons à prendre les rues, à Nantes et partout ailleurs, pour manifester en ce sens le 31 mars.

Une “assemblée du 31 mars” s’est constituée pour préparer cette manifestation. Elle rassemble des étudiant.e.s, syndicalistes, demandeurs/deuses d’asile, des habitant.e.s de la ZAD, des précaires.

Contre toutes les expulsions,
organisons-nous,
à Nantes comme ailleurs.

Collectif contre toutes les expulsions
L’Émancipation syndicale et pédagogique – 3/04/2018 - page 4


Brèves

8 décembre 2017 - Réunion publique - jeudi 14 décembre à 19h - Après les récentes défaites de Daesh, où va la Syrie ?

Réunion publique avec :
Joseph Daher, militant syrien originaire d’Alep
Sakher Achawi, (...)

7 juillet 2017 - RELAXE POUR ELIE DOMOTA !

Message de soutien d’Émancipation à Élie Domota
Le syndicaliste guadeloupéen Élie Domota, (...)

14 février 2017 - Réunion publique - Jeudi 23 février à 19h - Alep : un tournant ?

Résistances populaires en Syrie et manœuvres internationales
Réunion publique avec :
Ziad (...)