Parcoursup, ce n’est pas fini !

mercredi 19 septembre 2018

Il est encore temps de se mobiliser contre la sélection cachée à l’université via Parcoursup. Outre les différents recours juridiques engagés nous publions ci-dessous un appel intersyndical de l’académie de Créteil à se mobiliser en septembre.

Ce mercredi 11 juillet, à la fin des épreuves de rattrapage du Baccalauréat, il restait encore selon les chiffres officiels 133 196 élèves de Terminale qui n’avaient reçu aucune proposition conforme à leurs vœux pour poursuivre leurs études dans le supérieur, et 180 174 élèves en attente d’une réponse positive au vœu espéré : plus de 310 000 jeunes encore menacés de se voir interdits de poursuivre leurs études dans l’université ou la filière universitaire de leur choix. Ce chiffre est d’autant plus important que, depuis le 26 juin, les “recalés” sont pourtant invités à formuler “10 autres vœux dans des filières et universités qui ont encore des places vacantes”, avec pour conseil “d’élargir géographiquement les vœux initiaux” ! Et sur les étudiant·e·s réputé·e·s, combien en réalité ont dû en rabattre par rapport à leurs véritables vœux ?

JPEG - 112.4 ko

Faisant le bilan de Parcoursup sur l’académie de Créteil lors du Comité Technique Académique du 29 juin, le Recteur s’est livré à une apologie d’un dispositif permettant selon lui de “mieux orienter les élèves à l’issue du lycée” et de “protéger les universités cristoliennes”, en limitant le nombre d’élèves de nos trois départements affecté·e·s dans les universités parisiennes. Il a annoncé, pour résorber les surplus, l’ouverture de “classes préparatoires au BTS”, sorte de sas fourre-tout sans horaires ni programmes censés garantir l’accès à la rentrée 2019 à des BTS pour les élèves sans proposition (notamment issus de la filière professionnelle). Il a dénoncé les élèves qui, selon lui, “se livrent à une surenchère” quand ils ou elles ne valident pas une proposition obtenue, les rendant responsables d’éventuels blocages, en oubliant que si les 10 vœux sur la plateforme Parcoursup ne sont pas hiérarchisés, c’est un droit pour un bachelier que de privilégier tel ou tel vœu dans sa liste.

Depuis l’annonce des premiers résultats de Parcoursup le 22 mai, les remontées des lycées de l’académie sont au contraire alarmantes : le logiciel de sélection mis en place intégrant des “quotas”, il est beaucoup plus difficile pour un élève de notre académie d’accéder à une université parisienne… alors que c’est souvent la plus proche de chez lui ! C’est à un véritable tri social que nos élèves de banlieues sont soumis·es, ce qui est inacceptable !

Et encore, le Baccalauréat 2018 reste national, fondé en grande partie sur des épreuves nationales, anonymes, terminales, ponctuelles, ce qui constitue une garantie d’égalité : qu’en serait-il demain si les réformes Blanquer du Bac et du lycée étaient appliquées ? Qu’en serait-il si la sélection à l’entrée dans le supérieur se faisait sur la base des “bacs maison” conséquences de l’introduction massive du contrôle continu ?

Réformes du Bac et du lycée, toutes deux associées, entraîneraient la mise en place de lycées où les contenus d’enseignement, les horaires par discipline, les exigences pour décrocher le Bac seraient différents : les organisations syndicales SNES ; SNFOLC ; CGT Éduc’action et SUD Éducation l’affirment haut et fort, cela accentuerait la discrimination sociale et géographique déjà à l’œuvre cette année avec Parcoursup !

C’est pour toutes ces raisons que nous appelons les collègues à rester en contact avec les nouveaux bacheliers, à se réunir dès les premiers jours de la rentrée pour faire le point de la situation et à prendre position sur les revendications suivantes :

- Chaque bachelier doit pouvoir poursuivre ses études dans la filière universitaire et dans l’université de son choix ! Non au tri social !

- Abrogation de la loi ORE instaurant la sélection et de la plateforme ParcourSup !

- Rétablissement du Baccalauréat comme 1er grade universitaire !

- Abrogation des décrets et arrêtés sur la réforme du Bac ! Retrait de la Réforme du lycée !

CGT Éduc’action Créteil, SNES Créteil, SNETAA Ctéteil, SNFOLC, SNUEP Créteil, SUD éducation Créteil


Brèves

10 janvier - Débat avec Jean-Marc Rouillan

Le samedi 13 janvier à 14h
Jean-Marc Rouillan sera à l’EDMP au 8 Impasse Crozatier Paris 12ème (...)

26 juin 2017 - Mardi 27 juin - Rassemblement et meeting unitaire - 12 h - Paris - Invalides

Pas de code du travail sur ordonnance !
Les organisations syndicales CGT, FO, FSU, SOLIDAIRES, (...)