Un mois dans le monde

jeudi 29 novembre 2018

La résistible ascension

Trump ou Nétanyahou ne sont pas les seuls racistes brutaux au pouvoir. Du Brésil à la Hongrie en passant par les Philippines, l’Italie ou la Pologne, les idées brunes progressent. Près de 40 ans d’ultralibéralisme ont détruit la capacité des États d’assurer un minimum de protection sociale ou de répartition des richesses et ont creusé les inégalités à un point terrible. Le Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes (de Rousseau) date de 1755. Aujourd’hui, l’idée de l’égalité des droits semble à bout de souffle et les théories suprématistes attirent à nouveau. Aucun compromis n’est possible avec ces idées. Lutter contre le fascisme qui vient, c’est nommer le capitalisme, c’est défendre les plus fragiles, les plus discriminéEs, à commencer par les exiléEs. C’est refuser toutes les formes d’inégalité ou de légitimation du discours raciste.

Brésil

Ces lignes sont écrites le 20 octobre et, sauf miracle, un nostalgique de la dictature militaire, sexiste, raciste, homophobe et misogyne, Jair Bolsonaro, sera élu président du Brésil. Bien sûr, il est logique de tout tenter, y compris par le vote, pour barrer la route à quelqu’un dont les partisans ont commencé à tuer et à violer avant même son élection. Mais il faut le dire avec force : ce n’est pas parce que le Parti des Travailleurs, au pouvoir pendant une décennie, a mené une politique de gauche qu’on en est là. C’est parce qu’il ne l’a pas menée : parce qu’il a accepté les règles du FMI, qu’il a délaissé sa base (les paysanNEs sans terre, les ouvrierEs, les AmérindienNEs, les femmes luttant pour leurs droits). C’est parce qu’il a laissé en place les grands propriétaires terriens, parce qu’il a préféré être corrompu par les grandes entreprises plutôt que les combattre. C’est parce qu’il a envoyé sa police et son armée contre les favelas pour assurer la “sécurité” des Jeux Olympiques. Les capitalistes brésiliens jouent ouvertement la carte fasciste. Les résultats du premier tour ont provoqué une montée spectaculaire de la bourse de Sao Paulo.

Notre ami le Roi

Mohammed Ben Salmane, MBS pour les intimes, c’est le meilleur client des marchands d’armes états-uniens ou français, qui peuvent tester sur le peuple yéménite l’efficacité de leurs “produits”. C’est l’héritier d’une dynastie obscurantiste, installée au pouvoir en Arabie par les magnats occidentaux du pétrole (il y a un siècle) pour garantir des profits juteux. On feint de découvrir que son régime, où la peine de mort fonctionne en permanence, est un régime d’assassins qui dépêche toute une escouade de sbires dans le consulat saoudien d’Istanbul pour découper en morceau l’opposant Jamal Kashoggi et faire disparaître son corps.

Cela dit, une fois de plus, les médias auront fait preuve d’un manque évident d’envie d’informer dans cette affaire. Jamal Kashoggi n’était pas un journaliste démocrate. Neveu du marchand d’armes Adnane Kashoggi “compromis” dans l’Irangate dans les années 80, Jamal a été le principal assistant du Prince Turki al Faysal, ancien chef des services de renseignements saoudiens. Il a été un artisan essentiel de l’aide saoudienne à al Qaïda puis à Daech. C’est sûrement la vraie raison de cet assassinat macabre.

Turquie

Ce n’est bien sûr pas pour défendre la liberté de la presse que le régime turc se déchaîne contre la dictature saoudienne. Des dizaines de journalistes ont été emprisonnés depuis la tentative de coup d’État de 2016. En particulier les frères Altan ont été condamnés à la prison à vie.

Québec

Pendant des décennies, les indépendantistes du Parti québécois ont alterné avec les libéraux anti-indépendantistes à la tête de la province. Cette fois-ci, les deux partis “historiques” sont laminés au profit d’une droite à la fois ultralibérale et populiste. Fait significatif : un parti ouvertement “socialiste” et “anticapitaliste” obtient 16 ?% des voix et dix députés, une première en Amérique du Nord.

Canada

Après l’Uruguay et plusieurs États du grand voisin du sud, le Canada a légalisé l’usage du cannabis. Chez nous, la prohibition continue alors que ses effets dévastateurs sont connus de touTEs.

Italie

Saluons Leoluca Orlando, maire de Palerme. Après ses paroles lumineuses pour la flottille de Gaza (cf. revue n°1), il a été très clair en faveur des exiléEs : “nous, les Européens, risquons d’être rendus coupables de génocide” (en Méditerranée).

Saluons Domenico Lucano, maire de Riace en Calabre. Il a montré que l’accueil massif des exiléEs était profitable pour tout le monde. Les centaines d’exiléEs de Riace ont permis de revivifier un village à l’abandon et de faire fonctionner les services publics. Pour le néo-fasciste Salvini, c’est insupportable. Il a mis le maire en résidence surveillée et parle d’enfermer les exiléEs de Riace dans des centres de rétention.

Honte absolue au “mouvement cinq étoiles”. Il laisse faire Salvini sans problème. Il partage le racisme pathologique de son allié.

Aquarius

Le Panama n’est pas seulement un des champions du monde des pavillons de complaisance, moyen utilisé par les grands armateurs pour échapper à l’impôt avec la complicité des États. Cet État artificiel obéit aux puissants. Il a retiré à l’Aquarius son pavillon sur demande de l’Italie. Nous devons exiger de Macron que l’Aquarius obtienne le pavillon français. La vie de milliers d’exiléEs est en jeu.

Roumanie

Imaginez que vous vous affirmez “social-démocrate”, mais que vous êtes surtout compromis dans plein d’affaires de corruption. Comment redorer votre blason, dans un pays où la population part massivement à l’ouest faute d’avenir ? Facile : on s’allie à l’Église et on organise un référendum pour faire inscrire dans la constitution l’interdiction du mariage homosexuel. Eh bien, ça n’a pas marché : 80 ?% des électeurs et électrices ont boudé cette farce.

Belgique

À contre courant de ce qu’on observe ailleurs en Europe, les élections municipales se sont traduites par une forte progression des écolos et surtout du PTB (Parti du travail de Belgique), parti d’origine maoïste. Le PS belge a baissé, mais il est en tête en Wallonie et dans l’agglomération bruxelloise. Un peu comme ce qui se passe au Portugal, il s’apprête à diriger des coalitions dans des alliances “à gauche”.

France 2

L’ambassadrice d’Israël en France a voulu faire du Bolloré. Celui-ci a multiplié les plaintes préventives pour empêcher les médias d’enquêter sur ses agissements en Afrique. Notre ambassadrice a voulu faire interdire un reportage sur les estropiéEs de Gaza. Elle ne l’avait pas vu, mais elle se doutait qu’il ne donnerait pas le beau rôle aux assassins. France 2 a résisté aux pressions. On attend à présent que les dizaines d’émissions sur la guerre du Proche-Orient bloquées par des pressions sionistes soient enfin diffusées.

Pierre Stambul


Brèves

8 décembre 2017 - Réunion publique - jeudi 14 décembre à 19h - Après les récentes défaites de Daesh, où va la Syrie ?

Réunion publique avec :
Joseph Daher, militant syrien originaire d’Alep
Sakher Achawi, (...)

7 juillet 2017 - RELAXE POUR ELIE DOMOTA !

Message de soutien d’Émancipation à Élie Domota
Le syndicaliste guadeloupéen Élie Domota, (...)

14 février 2017 - Réunion publique - Jeudi 23 février à 19h - Alep : un tournant ?

Résistances populaires en Syrie et manœuvres internationales
Réunion publique avec :
Ziad (...)