Macron, Pétain… câble !

lundi 18 février 2019

C’est àcause de ce jeu de mots que trois militants pacifistes ont passé près de 11 heures en garde àvue le 11 novembre dernier. Ils avaient osé poser des affiches sur des abribus… Ils ont été arrêtés pour lèse-majesté envers le président, c’est-à-dire “outrage en réunion àpersonne dépositaire de l’autorité publique†.

PNG - 91.9 ko

Cela leur a valu un article du Canard enchaîné . Mais cette caricature, loin d’être maladroite, n’est pas sans fondement. Elle dénonce des aspects très inquiétants de la politique actuelle de notre gouvernement : des dérives très àdroite… pétainistes ?

Tout d’abord, quel est le sens de cette phrase : “Le maréchal Pétain a été pendant la Première Guerre mondiale un grand soldat, […] on peut avoir été un grand soldat et avoir conduit àdes choix funestes durant la Deuxième [Guerre mondiale]†. Pétain : mais de qui parle-t-on ? Du vainqueur de Verdun ? C’est une erreur historique : on doit cette “victoire†au général Castelnau. Le jour où les poilus ont arrêté les allemands, le 26 février 1916, Pétain est où ? Au lit ! Du grand général ? Celui qui, en 1926, utilise les armes chimiques pour massacrer les marocains révoltés du Rif ? Celui, qui, durant cette guerre coloniale, se fait de solides amitiés fascistes : Primo de Riveira… et Franco ? Qu’il retrouvera comme ambassadeur en Espagne en 1939-1940 ! Du républicain ? Cet homme qui dès 1934, comme ministre de la guerre, prépare la victoire de l’Allemagne nazie ? Celui que la synarchie et la cagoule, organisations factieuses des “200 familles†capitalistes, dans les années 1930, avaient désigné comme le Franco français : “plutôt Hitler que le Front populaire† ? Comme l’évoque l’historienne Annie Lacroix-Riz dans son livre Le choix de la défaite  ? Ainsi, quand, de 1940 à1945, vient la collaboration, les enfants juifs arrêtés par la police française, la torture et les massacres des résistant·e·s, de milliers de citoyen·ne·s français·es, Pétain le salaud parachève son “action française†de chef d’extrême-droite. Une vie toute en cohérence.

Quelle inspiration puise donc notre chef de l’État chez Pétain en allant rechercher cette ordure dans les poubelles de l’Histoire ?

Est-ce la modification de la loi de 1905, loi de séparation des Églises et de l’État ? Selon la Libre Pensée , Macron entend mettre en place des critères de reconnaissance publique de certains cultes. Sous prétexte de mieux contrôler l’islam (n’est-ce pas une forme d’islamophobie ?) c’est bien l’Église catholique qui profiterait d’une reconnaissance manifestée par des avantages fiscaux… àla suite du discours prononcé le 9 avril dernier devant la conférence des évêques de France où le président annonçait réparer le lien entre l’Église catholique et l’État Français, abîmé, selon lui. En vérité, je vous le dis : il n’y a eu qu’une seule modification profonde de la loi de 1905… le 25 décembre 1942 ! Le Régime de Pétain a alors fait un cadeau àl’Église en lui redonnant la capacité (interdite en 1905) civile et testamentaire de recevoir des dons et des legs défiscalisés et en permettant le financement public des travaux dans les bâtiments religieux. Les dispositions annoncées par Macron sont du même ordre et visent às’en prendre àdes principes républicains édictés dans la loi de 1905 : liberté de conscience, liberté des cultes (article 1) ; “la République ne reconnaît, ne salarie, ni ne subventionne aucun culte†(article 2). Des principes qui garantissent àchacun la liberté de croire ou non, de pratiquer ou non une religion, sans que l’État n’en soutienne aucune.

Et la politique de répression politique actuelle ? Est-ce aussi une resucée de Vichy ?

Les milliers d’arrestations en marge des manifestations des gilets jaunes ? Et Maria, condamnée àtrois mois de prison pour l’exemple ? On nous dira : “ils sont violents†. Et les procès des “malfaiteurs†opposés àla poubelle nucléaire de Bure ? Jeudi 10 janvier : jour du procès en appel de deux militants – de dangereux retraités – condamnés àdeux mois de prison avec sursis et 3000 euros d’amende pour avoir participé àla manifestation qui abattit un mur… Durant l’année 2018, ce sont une cinquantaine de procès, 16 perquisitions, 25 personnes exclues de leur lieu de vie, de multiples convocations, 7 personnes désignées comme des “malfaiteurs†en liberté surveillée… On nous dira : “ils sont violents†. Et les organisateurs de la marche pour le climat àNancy, membres du Mouvement pour une Alternative Non-Violente (MAN), arrêtés en fin de manifestation, mis en garde-à-vue une journée ? Et le dernier rassemblement devant le site nucléaire militaire de Valduc, interdit par la préfecture de Côte-d’Or ? Et le procès lancé par la préfecture de Nancy contre les villes de Vandoeuvre, pour une délibération de son conseil municipal rendant hommage àMarwan Barghouti, et de Villerupt pour avoir fait de ce résistant palestinien un citoyen d’honneur de la ville ? Et Jean-Michel Dieudonné, militant syndical de Nancy, radié de la SNCF sans procès, ni preuves, àtrois ans de la retraite, pour avoir mal parlé àune cadre ? Et les 7 de Briançon, condamné·e·s le 13 décembre dernier au motif d’avoir aidé des réfugié·e·s ? Et le haut fonctionnaire du Sénat, président de l’Association d’Amitié Franco-Coréenne, mis en examen après 72 heures de garde-à-vue, pour “trahison par recueil et livraison d’informations àune puissance étrangère†et “intelligence avec une puissance étrangère†, la Corée du Nord ? Est-ce, comme le chef d’inculpation le suppose, un terroriste, lui qui ne s’occupe, au Sénat, que de l’architecture et des jardins ?

La liste est longue, peut-être ennuyeuse… mais n’est-ce pas inquiétant pour nos libertés ?

Finalement, la dérive la plus inquiétante, la plus “pétainiste†de Macron est sa mise au pas cadencé, dans le cadre de l’OTAN, derrière la puissance militaire la plus agressive et la plus dangereuse de notre époque : les USA. Il y a déjàeu l’augmentation de 1,7 milliard du budget militaire, sur injonction des États-uniens… la plus importante hausse du budget 2019 de l’État français. Celle-ci vient renforcer l’arsenal militaire mondial de l’OTAN et de ses alliés, qui concentre 80 ?% des moyens militaires mondiaux. L’armée française compte 30 ?000 soldats en “situation opérationnelle†dont 4500 au Sahel, plus d’un millier en Syrie et en Irak (opération Chammal)… plus de 300 en Lituanie et en Estonie avec Mirages et blindés, pour faire face àl’ennemi de l’OTAN : la Russie. Il s’agit bien ici “d’une armée en temps de paix†, selon le chef d’État-major français,… mais de paix armée, surarmée même !

Cela fait déjàbeaucoup de moyens dépensés... sans compter les citoyen·e·s français·es engagé·e·s dans des armées étrangères, comme l’armée israélienne ! Comme Michael Oiknine, un Franco-israélien qui s’est vanté dans un tweet d’avoir tué deux manifestants palestiniens àla barrière de Gaza, ou Elor Azaria, un soldat franco-israélien, qui, en 2016, a abattu un Palestinien blessé, une exécution extrajudiciaire considérée comme un crime de guerre… Ces volontaires sont recrutés directement par l’ambassade israélienne àParis ! Et on dénombre plus de 21 ?000 colons français installés sur des terres reconnues comme palestiniennes par le droit international ! Cela continuera tant que la France n’aura pas reconnu l’État de Palestine, comme 139 autres pays l’ont déjàfait, et sa souveraineté sur les frontières de 1967, violées par les colonies israéliennes ; tant que la France ne dénoncera pas le nettoyage ethnique des Palestinien·ne·s, l’état d’apartheid officialisé en Israë l le 18 juillet dernier, la colonisation en Cisjordanie, àJérusalem-Est et àGaza, le viol du droit international et des droits nationaux des Palestinien·ne·s (dont le droit au retour des réfugié·e·s, reconnu par la résolution 194 de l’ONU). Tant de crimes qui rappellent l’histoire coloniale de la France, “l’œuvre française†et son armée… comme par exemple au Maroc dans les années 1920 !

Oui, Macron en est bien l’héritier

Il préfère célébrer la Paix… avec Trump et Netanyahou, parmi les hommes les plus dangereux de la planète ! Netanyahou, premier ministre du gouvernement d’extrême droite d’Israë l, qui a ordonné àson armée de tirer sur les manifestant·e·s pacifiques àGaza, faisant depuis le 30 mars dernier plus de 200 morts et 15 ?000 blessés dont plus de 5 ?000 par balles le plus souvent mutilantes ! Trump, le président des États-Unis qui déplace àJérusalem son ambassade en Israë l en violation du droit international, qui coupe les vivres aux agences de l’ONU notamment l’UNRWA (dédiée aux réfugié·e·s palestinien·ne·s) ! Trump, qui perpétue la guerre au terrorisme lancée par Bush, continuée par Obama, rendant responsables les États-Uniens de près de 500 ?000 mort·e·s civil·e·s depuis 2001 (selon l’université Brown). Macron, Netanyahou et Trump soutenant tous les trois (par des ventes d’armes et un appui politique sans faille) la guerre menée par les monarchies réactionnaires du golfe contre les yéménites, guerre qui tue par la malnutrition un enfant toutes les 10 minutes, selon l’UNICEF...

Il faudrait être bien naïf pour croire que cette politique réactionnaire, qui instrumentalise les religions (on aurait pu aussi évoquer l’utilisation des islamistes takfiris dans différentes guerres, comme en Syrie…), qui réprime les libertés publiques, qui développe les armées, qui soutient le colonialisme et les pires dirigeants politiques étrangers d’extrême droite… est une politique de Paix ! Alors que nous sommes déjàen guerre !

Pierre-Olivier Poyard

secrétaire des Comités départementaux du Mouvement de la Paix et de l’Association Républicaine des Anciens Combattants des Vosges


Brèves

10 janvier 2018 - Débat avec Jean-Marc Rouillan

Le samedi 13 janvier à 14h
Jean-Marc Rouillan sera à l’EDMP au 8 Impasse Crozatier Paris 12ème (...)

26 juin 2017 - Mardi 27 juin - Rassemblement et meeting unitaire - 12 h - Paris - Invalides

Pas de code du travail sur ordonnance !
Les organisations syndicales CGT, FO, FSU, SOLIDAIRES, (...)