Adieu Lily

Hommage à Lily
dimanche 28 avril 2019

Je me souviens...

JPEG - 86.8 ko

Mes premiers pas de militante je les ai faits en compagnie de Lily et Volo dans les années 1970.

Je me souviens des stands de l’École Émancipée à la fête de LO, des premières réunions du GD 75 à la fac de Jussieu, des recherches d’un local pouvant héberger ces réunions, de la création de l’EDMP pour pouvoir signer le bail commercial de location du 8 impasse Crozatier, des comités de gestion, de la librairie durant les Semaines, du collectif “librairie” pendant ces Semaines dont Lily assumait l’intendance.

Je me souviens de la belle voix de Lily entonnant les chants révolutionnaires lors des repas laïques et tout particulièrement du Drapeau rouge : “Le voilà, le voilà, regardez ! II flotte et fièrement, il bouge. Ses longs plis au combat préparés. Osez, osez le défier ! Notre superbe drapeau rouge, Rouge du sang de l’ouvrier” et bien évidemment de Lily “On la trouvait plutôt jolie, Lily Elle arrivait des Somalies Lily. Dans un bateau plein d’émigrés...”. Je me souviens que nous n’oubliions jamais de lui souhaiter son anniversaire.

Je me souviens de ses récits de son enfance chez les Faucons Rouges, de son adolescence dans les Auberges de jeunesse, de son militantisme clandestin dans le mouvement trotskiste durant la guerre, de ses batailles de distributions de tracts avec les militant·e·s du PC à la Libération...

Je me souviens de la manière dont elle parlait de Zyrom, militant socialiste, son père adoptif, des échanges prolongés sur la situation politique et syndicale pas très optimiste ces dernières années...

Je me souviens de notre “mère cantinière” n’hésitant pas à préparer les repas des Collèges pour près de 80 personnes mais aussi des “permanences” au local les mercredis après-midi avec le rituel du thé et de ses gâteaux.

Je me souviens...

Annick

Souvenirs fragmentés

Lily aux Semaines, assise dans un coin de salle, lisant un livre… et l’œil aux aguets… surveiller Volo qui se montrait trop généreux par les cadeaux qu’il faisait régulièrement aux copines et copains fréquentant la librairie… Lily inquiète à chaque fin de Semaine : serait-il possible de payer les factures fin juillet… “Didier, pense à m’envoyer les chèques au plus vite….”

Lily au local, le mercredi après-midi… La cérémonie du thé.. Pas question d’y échapper ! Avec le sourire ironique de Christiane qui connaissait mon “amour” pour cette boisson !

Lily, l’œil malicieux, nous soumettant une photo reproduite dans un livre sur 1936*… pour nous dire que c’était elle, quand elle était aux Faucons Rouges.
Lily, la mémoire des Semaines : je la vois encore sur notre terrasse, un après-midi, autour d’un magnétophone, racontant sans se lasser les Semaines en répondant aux questions d’Annie et moi… Mais d’ailleurs il n’y avait pas besoin de beaucoup de questions…

Salut, Lily

Didier

* Juin 36 , G Lefranc, Archives Julliard, 1970.

.
.

Le temps passe et elles s’en vont

JPEG - 109 ko

Ces quelques femmes, plus ou moins proches, connues ou pas, qui m’ont, tout le long de ma vie déjà longue, donné énergie et courage, donné envie de continuer, d’affronter ce temps qui passe…

Pourtant… certes, tu étais révolutionnaire… mais aussi tellement traditionnelle sur certains plans ! Vivante quoi !

Ta vie, libre, assumée croit-on, nous éberluait… et ta cuisine nous gâtait !

D’autres évoqueront ton parcours militant, l’EDMP qui fut ton œuvre avec Volo.
Un peu mère, un peu soeur, amie c’est sûr.

Moi, je dirai seulement : Lily, je te garde en mon coeur.

H. C.

Hommage à Lily de l’EDMP qui lui doit tant !

JPEG - 98.7 ko

Quand, en 1976, l’École Émancipée est passée du local de la rue Sainte Marthe au 8 impasse Crozatier le groupe départemental de Seine-Saint-Denis s’est senti à l’aise dans ces locaux spacieux, où nous pouvions fonctionner en commissions et aussi préparer et stocker du matériel d’agitation. En tant que responsable du GD 93, j’ai été amené à participer au comité de gestion qui à l’époque se tenait dans le local aujourd’hui occupé par RESF. J’ai été d’emblée frappé par l’ambiance particulière de ces réunions, sérieuses pour la résolution des problématiques du local et pour autant conviviales, grâce à Volo et Lily. Celle-ci était, comme Volo, très investie dans l’accueil et dans la Librairie, au local comme à la Semaine, mais en plus elle régnait sur la cuisine, là aussi au local, comme à la Semaine, dans le collectif librairie, aussi appelé collectif Lily, le plus toqué (au sens culinaire du mot) de l’ÉÉ.

Puis Volo a vieilli et nous a quitté·e·s. Lily est restée, déterminée, à gérer les finances de la librairie, à se faire expliquer les enjeux des débats, malgré sa surdité, à manifester dans Paris… jusqu’à cette nuit où nous fêtions l’achat de ce local auquel elle s’est tant consacrée, comme si elle rendait les armes assurée que ce local de tant d’efforts et d’espoirs allait lui survivre.
Il va lui survivre ce local ! Et en respectant ce qu’elle aura, avec beaucoup d’autres, contribué à construire. Même si l’association EDMP n’est qu’un avatar de la SARL EDMP, si ce n’est plus seulement le local de l’Ecole Emancipée ou de l’Emancipation, s’il n’y a plus obligation d’avoir une activité commerciale de librairie et si un certain nombre d’aménagements sont devenus nécessaires, nous nous donnons les moyens de conserver et de relancer l’activité librairie et nous maintenons le fonctionnement démocratique avec le comité de gestion entre les AG.

Il va lui survivre ce local ! En commençant par lui rendre hommage. Tou·te·s les ami·e·s de Lily seront convié·e·s dans “son” local pour évoquer ensemble sa mémoire, le vendredi 10 mai à 19 h, avec, je l’espère un support, une exposition photo qui lui soit consacrée, j’espère qu’on pourra y joindre des photos de Pierre Jamet que nous avions découvertes lorsque nous rejoignions Emmanuelle et Luc à Nuit Debout Nantes.

Des photos de Lily en Auberge de jeunesse ou en colonie comme à Belle-Île en Mer, avec ses ami·e·s, Dina Vierny (modèle de Mayol), les frères Bleibtreu… Lily rayonnante et déjà déterminée, telle qu’on l’a connue, telle qu’elle demeure dans nos pensées.

Olivier

JPEG - 79.4 ko

Un grand personnage

Toute la vie de Lily a été vouée à un militantisme plein de chaleur humaine, de générosité, d’amour de la vie. Elle ne voulait pas de militantisme misérabiliste.

La scission de l’ÉÉ l’avait profondément atteinte et elle se raccrochait à la vie du local dont nous assurions la permanence tous les mercredis après-midi autour de son thé et de son gâteau jusqu’à ce qu’elle ne puisse plus le faire.

L’état du monde la tourmentait beaucoup et a assombri ses dernières années. La situation du local a été aussi un de ses grands chagrins. A-t-elle eu le temps de comprendre qu’il était sauvé ? Elle est morte la nuit où on fêtait son acquisition !

Nous partageons profondément la peine de sa famille. Pour elle comme pour nous l’empreinte de Lily n’est pas prête de s’effacer de nos vies

Christiane