Un mois dans le monde

mardi 15 mai 2012

Bahreïn

La famille royale du Bahreïn a offert des millions de dollars à la Fédération Internationale de l’Automobile (FIA) pour que le Grand Prix ait lieu. Depuis plus d’un an, la population de Bahreïn affronte, désarmée, les forces de répression (déjà 55 mortEs). Elle a réussi par des manifestations monstres à remettre en cause la légitimité de cette compétition de propagande.

Dans ce pays où les armées saoudienne et émiratie ont rétabli l’ordre féodal, la police a encore tué un manifestant. Les milliardaires du « sport » automobile n’en sont pas à leur coup d’essai en ce qui concerne les violations des droits de l’homme. À l’époque de l’apartheid en Afrique du Sud, ils violaient régulièrement le boycott. Et celui qui a dirigé la FIA pendant 8 ans (Max Mosley) était un admirateur d’Hitler.

Afghanistan

L’intervention impérialiste en Afghanistan aura fortement contribué, par ses crimes, ses préjugés racistes et son mépris vis-à-vis des populations, à renforcer ceux qu’elle était censée combattre.

Le 15 avril, les Talibans ont lancé 6 attaques simultanées sur Kaboul. La facilité avec laquelle ils ont atteint le cœur de la capitale montre à l’évidence que le régime fantoche de Karzaï s’écroulera très vite quand le retrait des troupes occidentales sera achevé.

Chili

La lutte des étudiants chiliens contre la privatisation et la marchandisation des études supérieures se poursuit depuis un an et elle a repris dès la rentrée. Le président Pinera, qui est l’homme le plus riche du pays, a dû faire un premier recul : les banques sont désormais exclues du système de financement de l’éducation. Les étudiants viennent d’organiser une grande marche nationale sur Santiago. 100000 manifestantEs ont défilé avec le mot d’ordre : « elle va tomber, l’Education de Pinochet ».

Il y a actuellement des révoltes étudiantes dans de nombreux pays partout dans le monde : au Québec contre les tarifs exorbitants des droits d’inscription, en Mauritanie contre la militarisation de l’université, au Maroc où 27 étudiants emprisonnés et parfois torturés, ont entamé une grève de la faim …

Austérité

Après la Grèce, l’Espagne ou le Portugal, les luttes contre l’austérité et la casse de la protection sociale atteint d’anciens pays communistes européens. À Prague, 90000 personnes ont défilé contre les « réformes » gouvernementales et le principal syndicat a décidé de rompre toutes les « négociations ». Cette révolte contre l’austérité pourrait faire tomber le gouvernement.

En Slovénie, qui fut longtemps « l’élève modèle » de la transition vers le capitalisme, la grève générale du 18 avril a été très suivie et la manifestation a réuni des dizaines de milliers de personnes. Le gouvernement a décidé une baisse drastique des salaires des fonctionnaires dans un pays où le chômage a doublé en 4 ans.

Maroc

« Notre ami » le roi a du sang sur les mains. Celui des membres du mouvement du 20 février ou celui des étudiantEs révoltéEs. Il s’en prend aussi aux migrants subsahariens qui essaient d’atteindre l’Europe.

Le Président du Parlement européen, Martin Schulz, vient de faire une visite au Maroc pour discuter de « la coopération dans la lutte contre le terrorisme et l’immigration clandestine ». Les conséquences ont été immédiates : les sub-sahariens de Fès sont tombés dans un véritable traquenard. La chasse aux Noirs s’est poursuivie dans toute la ville. À Oujda, des milliers de sub-sahariens ont été refoulés … en Algérie, les deux pays se renvoyant régulièrement leurs migrants « indésirables »

Israël

Pour la deuxième fois, dans le cadre de « Bienvenue en Palestine », environ 1500 internationaux ont essayé de converger le 15 avril vers la Palestine en passant par l’aéroport Ben Gourion à Tel-Aviv. Comme la dernière fois, les autorités israéliennes ont donné des noms aux compagnies internationales et la quasi-totalité des internationaux ont été bloqués dans les aéroports européens. Les rares qui sont arrivéEs ont été internéEs en centre de rétention et expulséEs.
Peu auparavant, les autorités israéliennes avaient matraqué des internationaux à Bil’in et empêché des militantEs françaisEs du mouvement de la paix de se rendre à Hébron. Au même moment le gouvernement Nétanyahou légalisait officiellement 3 colonies sauvages.

De sa prison, Marwan Barghouti a écrit un texte soutenant la résistance populaire et appelant à la rupture de toute négociation avec l’occupant. Il a été aussitôt mis à l’isolement. Dans les prisons, les grèves de la faim se généralisent. La prisonnière Hana Shalabi a été bannie et déportée à Gaza après 43 jours de grève de la faim. Le 17 avril, une grève de la faim (qui touche aujourd’hui 2000 prisonnierEs politiques sur 4700) a débuté. Les revendications sont : la fin de l’isolement, de la détention administrative et des brimades.

Parmi les prochains prisonniers, il pourrait y avoir un député communiste de la Knesset, Mohammad Barakeh. Il est en procès, accusé « d’agression » lors d’une manifestation contre le mur.

Le principal parti d’opposition en Israël, Kadima, a élu à sa tête le criminel de guerre Shaul Mofaz, poursuivi dans plusieurs pays pour des crimes commis à Gaza et au Liban.

En Allemagne, l’écrivain Günther Grass a critiqué Israël. Il a été immédiatement accusé d’antisémitisme.

Le procureur général de la Cour Pénale Internationale (CPI), Luis Ocampo, a décidé d’interdire aux victimes palestiniennes l’accès à la CPI. Il enterre ainsi toutes les plaintes contre les crimes de guerre commis pendant l’opération « plomb durci ».

En Egypte, l’issue de la révolte qui a commencé l’an dernier est indécise, mais elle aura des conséquences sur les relations avec Israël : le gouvernement vient de rompre les accords commerciaux qui garantissaient à Israël la livraison de gaz égyptien à bas prix.

Pierre Stambul


Brèves

8 décembre 2017 - Réunion publique - jeudi 14 décembre à 19h - Après les récentes défaites de Daesh, où va la Syrie ?

Réunion publique avec :
Joseph Daher, militant syrien originaire d’Alep
Sakher Achawi, (...)

7 juillet 2017 - RELAXE POUR ELIE DOMOTA !

Message de soutien d’Émancipation à Élie Domota
Le syndicaliste guadeloupéen Élie Domota, (...)

14 février 2017 - Réunion publique - Jeudi 23 février à 19h - Alep : un tournant ?

Résistances populaires en Syrie et manœuvres internationales
Réunion publique avec :
Ziad (...)