Dossier : la laïcité pour l’émancipation

lundi 19 novembre 2012
par  QD, Administrateur

Ci-dessous le présentation du dossier du numéro 3 de novembre de la revue L’Emancipation. Pour lire le dossier complet, vous pouvez vous procurer cette revue, qui contient d’ailleurs plein d’autres choses intéressantes !

"On se sert aussi bien pour tondre le mouton,
Du sabre que du goupillon"
(1)

La laïcité pour l’émancipation

En même temps que l’affaiblissement de la laïcité de l’école et de l’État, montent en parallèle des discours de récupération et/ou de dénaturation de cette dernière.

L’extrême-droite – rejointe par des fractions entières des partis bourgeois plus "classiques" - s’en sert comme paravent pour dissimuler un discours racialisé, en fait dirigé contre la population dite "issue de l’immigration". Tout en poursuivant par ailleurs dès qu’ils le peuvent une politiquement anti-laïque.

Comment combattre ces instrumentalisations de la laïcité ? Deux écueils sont à éviter :
- d’une part, réduire la laïcité à un instrument de maintien de l’ordre social existant, au mieux une sorte de vague morale du "vivre ensemble" qui s’autoproclame comme le meilleur antidote au racisme (la "morale laïque " de V. Peillon). Cela constitue une impasse, car des principes égalitaires qui restent purement proclamatoires, ne peuvent faire oublier la réalité de notre société : une société capitaliste structurée par les inégalités, les dominations et les discriminations… pour nous il s’agir de changer de société, et pas de lui donner une caution "laïque".
- d’autre part, se limiter à une critique abstraite du "modèle républicain". Cette critique est nécessaire, pour lutter contre les discriminations dirigées envers les populations anciennement colonisées. Mais elle constitue tout autant une impasse si, au lieu de critiquer les rapports sociaux capitalistes eux-mêmes, elle préfère une critique de la laïcité ; là aussi il y a une réalité sociale qui ne doit pas être négligée : le rôle réactionnaire des "traditions" religieuses mêmes minoritaires… qui peuvent très bien servir à maintenir la "paix sociale", comme d’ailleurs une partie de l’UMP le préconisait.

Au milieu de tout cela, les directions des partis et syndicats dominants du mouvement ouvrier ont dans l’ensemble abandonné la défense laïque non seulement comme horizon revendicatif, mais aussi comme pratique militante au quotidien malgré d’heureuses exceptions. Ce qui est assez logique sur le fond, car elles ont aussi abandonné la perspective d’un changement social d’ensemble.

C’est là que réside pour nous le fond du problème : la question de la rupture avec le capitalisme, pour l’émancipation des travailleurEs dans tous les domaines. La laïcité en est un aspect ; avant d’être une morale et une idéologie, elle est une réalité institutionnelle à défendre quelle que soit la forme de l’État : la séparation entre les institutions et les religions, permettant l’égalité des droits.

Sur cette voie, il est inévitable de rencontrer les religions monothéistes, qui constituent depuis toujours des obstacles à l’émancipation, à la revendication du bonheur ici et maintenant par le changement de société, à la lutte contre les aliénations (religieuses, patriarcales, hétérosexistes, nationalistes, ethnocentriques, capitalistes…).

Notre perspective est donc l’articulation du combat social et du combat laïque dans une perspective anticapitaliste et sans concession face aux religions. Comme toute perspective, elle passe par des revendications : la défense de la loi de1905, l’abrogation de toutes les lois anti-laïques. À commencer par l’une des plus dangereuses : la loi Debré instaurée à l’ouverture de la 5e république, et ses déclinaisons. Mais aussi la nationalisation laïque de l’enseignement privé, tant il est vrai qu’il ne pourra y avoir de système éducatif égalitaire tant que subsistera le dualisme public-privé.

La lutte laïque embrasse une multitude de domaines, et ne se restreint pas à l’Hexagone.

Dans la première partie de ce dossier, nous traiterons essentiellement de la laïcité scolaire – un aspect décisif- dans la France d’aujourd’hui. Le numéro suivant l’abordera sous un angle plus vaste.

(1) Jean Ferrat, Le sabre et le goupillon .