Un mois dans le monde

mardi 22 octobre 2013

Allemagne

Le « triomphe » d’Angela Merkel doit être relativisé. D’abord, le « fameux » modèle allemand sans salaire minimum avec plein de précarité pour garder la sacro-sainte « compétitivité » n’a pas été inventé par Merkel. Cette casse des acquis sociaux date des lois Hartz (du nom du directeur de personnel de Volkswagen) quand le social-démocrate Schröder était au pouvoir (2003-2005). Et puis, la CDU-CSU n’a pas la majorité des députés. Elle a 7 députés de moins que l’addition SPD, Verts et Die Linke. Mais le SPD a régulièrement annoncé qu’il ne s’allierait jamais à Die Linke. Ce parti a certes perdu des voix, mais il reste troisième parti d’Allemagne en dépassant 20% partout en ex-RDA. Plus de 20 ans après la réunification, les habitants de l’Est ne voient toujours pas ce qu’ils y ont gagné, même quand une entreprise de l’Ouest se délocalise à l’Est parce que les salaires y sont plus faibles.

Grèce

L’existence d’un parti néonazi représenté au Parlement arrange bien l’alliance des deux partis traditionnels. Un militant d’Aube Dorée a délibérément assassiné un rappeur d’extrême gauche : Pavlos Fryssas. Il aura fallu une dizaine de jours pour que le gouvernement se décide à s’en prendre à ce parti en arrêtant ses dirigeants. Chaque fois que les victimes avaient été des travailleurs immigrés albanais ou afghans, il n’avait pas bougé. L’histoire de la Grèce bégaie. On est revenu 70 ans en arrière quand les collabos, armés et soutenus par les Anglais, massacraient les résistants. Il est significatif de voir que les dirigeants d’Aube Dorée les plus âgés ont participé activement à la dictature des colonels. Mille merci au FMI et à l’Union Européenne d’avoir ressuscité ce monstre de l’histoire grecque.

Nairobi

Les va-t-en-guerre qui prônent partout les interventions armées contre « l’axe du mal » n’ont jamais réellement réfléchi aux conséquences de ces interventions. En Somalie, l’Occident a soutenu des djihadistes pour venir à bout d’un des derniers régimes prosoviétiques, celui de Syad Barre. Quand celui-ci est renversé en 1991, des factions intégristes se sont entretuées. L’une d’elles (les Chebabs) a été déclarée infréquentable alors que les autres dont les pratiques sont semblables ont été soutenues à bout de bras par les Occidentaux et leurs alliés locaux (Éthiopie, Kenya). On a même eu droit aux pitreries de Bernard Kouchner photographié portant son sac de riz. Sans l’intervention occidentale et sans les assassinats ciblés à coup de drones, les Chebabs seraient au pouvoir et ils ont toujours la capacitéde porter la guerre jusqu’au Kenya, dans les quartiers aristocratiques de Nairobi réservés aux Occidentaux.

Qatar

C’est le grand modèle du pays « qui gagne » et qui a même obtenu (en achetant les votants) une coupe du monde de football par 50° à l’ombre ou dans des stades réfrigérés à coup de millions de tonnes de pétrole. Cette prospérité profite à 300000 personnes richissimes pour qui tout est gratuit. Pour en arriver là, il y a un million et demi d’esclaves, travailleurs immigrés venus principalement du sous-continent indien, sous-payés et travaillant dans des conditions très dangereuses. En deux mois, 44 ouvriers népalais sont morts sur les chantiers de la coupe.

Syrie

L’accord russo-américain sur les armes chimiques est une sinistre farce qui va permettre au régime Assad de continuer tranquillement ses tueries. Les Occidentaux n’ont pas obtenu de leurs opinions publiques le droit de perpétrer une nouvelle intervention impérialiste armée. Les précédents afghans ou irakiens ont pesé. Il était logique qu’il y ait en Occident des manifestations contre une intervention militaire franco-américaine quand celle-ci était probable. Ce qui est vraiment navrant, c’est qu’il y ait eu dans ces manifestations des portraits du dictateur sanguinaire.

Israël

Pendant la plaisanterie d’une hypothétique « reprise des négociations », le nettoyage ethnique continue. L’armée s’en prend aux Bédouins de la vallée du Jourdain en zone C (annexée de fait). Des diplomates européens apportaient de l’aide aux Bédouins. Une diplomate française, Marion Castaing a été frappée et jetée à terre par des soldats israéliens. Côté français, silence radio, aucune protestation. La complicité honteuse et l’impunité d’Israël se poursuivent. Il est même probable que la diplomate sera sanctionnée.

La multinationale Véolia qui s’était déjà retirée de la gestion du tramway de Jérusalem s’est retirée de la gestion des autobus en territoire occupé. Encore une conséquence du BDS. Prochaine cible : Orange dont la filiale Partners est dominante dans les colonies pour les téléphones.

Iran

Conséquence inattendue de l’élection de Rohani, l’Iran est peut-être en train de quitter « l’empire du mal » et de se réconcilier avec le « grand Satan ». Bien sûr, rien n’est joué, mais les dirigeants américains se souviennent qu’ils ont toujours trouvé en Iran des alliés fidèles, ce qui s’est confirmé en Irak après le renversement de Saddam Hussein. Celui qui est très furieux de voir le processus de réconciliation en route, c’est Nétanyahou : il a promis lors de toutes les élections une attaque « préventive » contre l’Iran.

Catalogne

Il y a toujours eu un fort mouvement indépendantiste. Mais la manifestation impressionnante qui vient d’avoir lieu pour une sécession de la Catalogne s’explique aisément. L’Espagne a plus de 20% de chômeurs. La Catalogne se sent un peu moins sinistrée. Alors, comme en Croatie autrefois ou en Flandre et en Lombardie aujourd’hui, des populistes « ne veulent pas payer » pour les autres.

Pierre Stambul


Brèves

7 juillet - RELAXE POUR ELIE DOMOTA !

Message de soutien d’Émancipation à Élie Domota
Le syndicaliste guadeloupéen Élie Domota, (...)

14 février - Réunion publique - Jeudi 23 février à 19h - Alep : un tournant ?

Résistances populaires en Syrie et manœuvres internationales
Réunion publique avec :
Ziad (...)