Aspects de la pédagogie Freinet

Aspects de la pédagogie Freinet

Programmes, injonctions, prescription de méthodes, évaluations nationales, réforme du Lycée, loi dite de “l’école de la confiance”,… le Ministre de l’Éducation nationale utilise tous les leviers pour réduire au maximum les libertés pédagogiques et imposer sa conception de l’école, y compris la menace et la répression contre celles et ceux qui le critiquent publiquement. Dans ce contexte, maintenir chaque jour des pratiques pédagogiques fondées sur la coopération, le tâtonnement expérimental, la méthode naturelle d’apprentissage, l’exercice de la démocratie, c’est faire acte de résistance. C’est aussi faire le lien entre la transformation de l’école et la perspective d’une transformation sociale progressiste.

C’est ainsi que l’Assemblée Générale de l’ICEM-Pédagogie Freinet qui s’est tenue à Angers lors du 54e congrès du mouvement, a adopté une motion d’actualité appelant à la résistance collective contre la loi Blanquer (voir L’Émancipation syndicale et pédagogique n°1, p. 21).

Ce dossier n’a pas l’ambition de présenter la pédagogie Freinet dans toute sa globalité et toute sa dimension historique. Il aborde quelques éléments centraux qui font l’originalité du mouvement pédagogique.

Avec le Laboratoire de Recherche Coopérative, nous pouvons appréhender les grandes lignes directrices de la méthode naturelle d’apprentissage, théorisée par Célestin Freinet puis approfondie par le mouvement, et qui constituait le thème de travail du congrès. Nous pouvons aussi voir la mise en pratique de la méthode naturelle en classe, à l’occasion d’une séance de texte libre en CM1/CM2. Un retour critique sur cet exemple concret met en évidence les problèmes que pose l’intervention de l’enseignant·e pour faire progresser le groupe classe dans le cadre de la méthode naturelle.

Mais la pédagogie Freinet ce n’est pas seulement un ensemble de méthodes et de techniques pédagogiques, c’est aussi une conception de l’école intimement liée au combat social et politique, pour une école publique populaire et émancipatrice. C’est ce que nous abordons dans un entretien que Véronique Decker nous a accordé à l’occasion d’un débat autour de son dernier livre.

L’ICEM-Pédagogie Freinet, c’est aussi un collectif d’enseignant·es qui coopèrent au niveau national et dans des groupes départementaux, pour mutualiser les expériences, produire des outils, accueillir celles et ceux qui veulent s’y investir ou simplement s’en approcher.

Dossier coordonné par Raymond Jousmet

SOMMAIRE

page II Les fondements de la méthode naturelle d’apprentissage

page IV La part de l’enseignant·e dans une mise au point coopérative de texte libre

page VIII Les transformations

page IX Coopération et émancipation à l’école publique

page XI S’initier à la pédagogie Freinet

Page I

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *