Projet local d’évaluation : des résistances dans les lycées

Projet local d’évaluation : des résistances dans les lycées

Le « projet local d’évaluation », conséquence du développement du contrôle continu, a rencontré la méfiance et le rejet de beaucoup de personnels. Boycott bien entendu, mais aussi motions, projets rédigés a minima pour limiter leur nocivité dans l’immédiat. Au total, dans bien des cas il n’a pas été possible pour le pouvoir d’aller aussi loin dans le démantèlement de la liberté pédagogique qu’il le voudrait. Des syndicats de chefs d’établissement eux-mêmes ont relevé les difficultés à « vendre » ce dispositif aux personnels. Nous publions ci-dessous diverses prises de position d’établissements, mais bien entendu il y en a beaucoup d’autres, n’hésitez pas à nous les communiquer (tendance.emancipation@gmail.com). Vous pouvez aussi télécharger ci-dessous un argumentaire très pertinent de Guy Dreux et Muriel Cesbron à ce sujet.


Bien entendu, cela ne règle pas la question : malgré les résistances les PLE sont là, tout comme le bac Blanquer, tout comme la mise en place de la loi Rilhac sur la direction d’école et les divers dispositifs d’ « évaluation » et d’ « auto-évaluation »… ce qui pose la question de poursuivre le combat contre cette politique gouvernementale destructrice, pour l’abrogation de toutes les contre-réformes de Blanquer et Macron.
Et aussi celle de l’auto-organisation des personnels et de la coordination de ces résistances.

Dans le Var :

Lycée Dumont d’Urville (Toulon) : motion et pétition

Lycée Bonaparte (Toulon) : motion adoptée après une heure syndicale

Lycée Langevin (La Seyne-sur-Mer) : motion adoptée par l’AG des personnels

Lycée Janetti ( Saint-Maximin) : motion intersyndicale CGT-SU-SUD

« Les enseignants du lycée Janetti sont opposés au PLE, ce n’est pas aux enseignants de pallier les manques de Parcoursup et l’abandon du bac national. Après deux années perturbées par la pandémie, c’est au ministère de mettre en place des aménagements de programmes au niveau national, et surtout de mettre en place un plan de rattrapage des difficultés scolaires en diminuant les effectifs par classe à tous les niveaux du système éducatif.
Les réformes sont improvisées sans concertation et annoncées à toute vitesse pour occuper l’espace médiatique et avancer de manière chaotique vers une éducation locale et inégalitaire. De demander ensuite à chaque lycée de se débrouiller pour sauver la face est simplement inacceptable.

S’il doit y avoir harmonisation des évaluations, c’est au niveau national, avec des épreuves nationales, en fin d’année scolaire. »

Académie de Paris

Lycée Paul Valéry (75) : motion intersyndicale CGT-FO

Dans la Gironde

Lycée Magendie : boycott du PLE

Dans la Seine-saint-Denis

Lettre des enseignant.es du lycée Eiffel (Gagny)

Lycée Jean Jaurès (Montreuil) : tract FO-SNES et motion pour le boycott

Lycée Jacques Brel (la Courneuve) : motion de l’AG des enseignant.es

Lycée Flora Tristan : tract contre le PLE

Dans la Seine-et-Marne :

Lycée Balzac (Mitry-Mory) : motion des enseignant.es

Dans les Yvelines :

Lycée Corneille (La Celle St Cloud) : motion adoptée en heure syndicale

Lycée Evariste Galois (Sartrouville) : motion-pétition adoptée en heure syndicale

Dans le Val-d’Oise :

Lycée Jean-Jacques Rousseau : motion

Dans le Puy-de-Dôme :

Lycée Blaise Pascal (Clermont-Ferrand) : pétition des enseignant.es

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *