Les non-titulaires en première ligne pour résister… mais pas seul·es

Les non-titulaires en première ligne pour résister… mais pas seul·es

Dossier : Macron utilise impunément la précarité contre tou·tes

De plus en plus, la précarité est au cœur de la gestion gouvernementale de la Fonction publique.

Le capitalisme attend encore plus de retour sur investissement de sa créature Macron. Et notamment qu’il en finisse avec tout ce qui limite son règne absolu, comme les garanties sociales, les libertés…

La méthode de celui-ci pour y arriver, c’est la précarité partout, l’insécurité sociale et professionnelle permanente, avec des milliards au privé qui, pour l’essentiel, vont directement dans les coffres des actionnaires, à coup de restructurations et de plans sociaux et avec pas un rond pour les services publics, avec une Fonction publique constituée de précaires qu’on licencie aussitôt qu’on les a recruté·es ou qu’ils/elles pourraient être un peu stabilisé·es en CDI, comme en cette rentrée sur plusieurs académies (Créteil, Versailles, Nantes…)…

Un tel plan risque assez peu d’être contré par les directions syndicales, après qu’elles aient laissé les syndicats être privés de leur indépendance financière et que leurs moyens d’action traditionnels (commissions paritaires, droit de manifester…) aient été ramenés à leur plus simple expression, et qu’elles continuent à participer à des concertations bidon et à signer des accords où elles échangent des broutilles en regard des revendications, contre la casse d’acquis sociaux essentiels…

Ce dossier contient une tentative d’historique des luttes des non-titulaires en région parisienne et au niveau de la coordination nationale, un premier bilan des mobilisations nantaises contre le licenciement des contractuel·les en cette rentrée, deux témoignages sur les conditions et les luttes des AED, catégorie dont on a mesuré l’importance avec la crise sanitaire et qui s’est beaucoup mobilisée au niveau local, comme au niveau d’une coordination nationale, et une fiche pour aider à une défense syndicale des non-titulaires, dès le niveau local. Il s’adresse d’abord aux précaires, pour leur fournir des exemples des luttes qui ont été celles de leurs prédécesseur·ses dans l’état de précarité, des luttes déterminées, solidaires, autogérées et qui ont permis des succès : un gain comme la garantie d’emploi reconduite plus de 10 ans, les syndicats n’en ont pas beaucoup à aligner pour la même période. Mais il devrait aussi intéresser les titulaires pour donner des exemples de ce que pourraient être leur solidarité avec les personnels non-titulaires (Cf. la fiche précarité) et des formes de luttes à la hauteur des enjeux, et bien sûr aux syndicats pour les convaincre de faire un retour sur leurs erreurs en matière de lutte contre la précarité et de contribuer activement aux mobilisations actuelles en faisant reconnaître à l’administration qu’elle a reçu la consigne de licencier les contractuel·les CDIsables.

SOMMAIRE

page II Une histoire des luttes des non-titulaires

page VII Fiche technique : Priver Macron du levier de la précarité

page IX Quelles organisations et perspectives de luttes pour les personnels contractuel·les ?

page X AED catégorie exploitée, mobilisée… mais encore trop isolée

page XI Se faire essorer puis jeter, résister quand même

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *