Sommaire

Sommaire

La fiancée du poète

J’avais remarqué Yolande Moreau dans La Mer monte, (de Gilles Porte et elle-même en 2004). Et comme chacun·e, j’avais eu l’impression du surgissement d’un autre cinéma. Cela ne s’est pas démenti ni dans la réalisation ni dans l’interprétation des films suivants dont le dernier. Au-delà de ses créations et incarnation c’est la femme Yolande Moreau qui nous fascine, tant elle symbolise une autre vision du monde que celle qui nous afflige actuellement. Au cinéma comme dans la vie, il y en a encore trop peu de son envergure, avec cette vaillance défiant les interdits et cette espérance née de la

Ce contenu n’est accessible qu’aux membres du site. Si vous êtes inscrit, veuillez vous connecter. Les nouveaux utilisateurs peuvent s’inscrire ci-dessous.

Connexion pour les utilisateurs enregistrés