Sommaire

Sommaire

Les pires s’échappent

Je vis la Bête surgir de la mer est un roman surprenant par sa forme, où l’on navigue entre 1978 (la plupart du temps) et 2008 (partie enserrant le récit), et par le fond, pas tant dans son thème : l’utilisation de criminels nazis dans la guerre froide mais dans l’écriture polymorphe de l’auteur, Ulrich Effenhauser. Passant d’une rêverie sur le bleu du ciel à différentes époques au style administratif d’une convocation au tribunal ou à la sécheresse d’un rapport de police, des sentiments d’un policier intègre devant son héros dont le passé nazi ressurgit et sa fille qu’il rencontre

Ce contenu n’est accessible qu’aux membres du site. Si vous êtes inscrit, veuillez vous connecter. Les nouveaux utilisateurs peuvent s’inscrire ci-dessous.

Connexion pour les utilisateurs enregistrés